vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des manifestants demandent la libération des actifs de la Banque centrale afghane

Kaboul, 21 décembre (Prensa Latina) Des centaines de manifestants ont défilé dans les rues de cette capitale aujourd’hui pour demander la libération des avoirs de la Banque centrale d’Afghanistan gelés à l’étranger.

Cette nation de l’Asie centrale est confrontée à de graves problèmes économiques, notamment en raison de la rétention de ses avoirs et des sanctions imposées par les États-Unis.

Les manifestants ont exigé la libération de l’argent par le Gouvernement des États-Unis et ont demandé à la communauté internationale de soutenir le pays en ce moment critique.

Ces pressions économiques sur l’Afghanistan vont à l’encontre des principes internationaux, notre peuple est aux prises avec des problèmes économiques ici, a déclaré l’un participant selon des médias locaux.

Plus de neuf milliards de dollars d’avoirs ont été gelés dans des banques étrangères, principalement aux États-Unis, à la suite de l’effondrement de l’ancien gouvernement afghan et le retour au pouvoir du mouvement des Talibans.

Par ailleurs, les autorités de la capitale afghane ont interdit les images de femmes dans la publicité des magasins et des établissements de beauté, ont rapporté aujourd’hui des responsables locaux.

Le porte-parole de la municipalité de Kaboul, Nematullah Barakzai, a indiqué que le Gouvernement avait ordonné aux responsables locaux de supprimer toutes les photos de femmes sur les enseignes des magasins et des centres commerciaux.

Les propriétaires de salons de beauté dans cette ville ont critiqué la décision du mouvement Taliban et ont demandé à l’exécutif de ne pas imposer de restrictions à leurs commerces.

Cette mesure intervient lorsque des organisations internationales ont demandé à la direction actuelle de l’Afghanistan de ne pas ignorer ou marginaliser les droits des femmes dans la société, alors que le gouvernement a répondu qu’il respectait les femmes sur la base des principes islamiques.

peo/mgt/lvp /peo/mgt/lvp

EN CONTINU
notes connexes