mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des scientifiques australiens mettent en garde contre l’extinction des langues autochtones

Canberra, 23 décembre (Prensa Latina) Un groupe de scientifiques de l’Université nationale australienne a prédit aujourd’hui l’extinction de 1 500 langues à la fin du siècle, une réalité qui affecte la préservation des cultures originelles et de leurs diverses formes de communication.

« Nous avons découvert que sans une intervention immédiate, la perte de langues pourrait tripler au cours des 40 prochaines années », a noté dans un communiqué l’auteur principal de l’étude, Lindell Bromham, tout en préconisant la mise en place de programmes bilingues pour promouvoir la maîtrise des langues autochtones au même titre que d’autres langues dominantes dans les régions.

L’enquête publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution indique que près d’un quart des sept mille langues reconnues dans le monde pourraient ne plus être parlées en raison de divers facteurs, entre lesquels le lien de plus en plus étroit entre les villes et les villages.

En ce sens, le document a expliqué que les routes semblent aider « les langues dominantes à écraser les plus petites », tandis que celles qui sont en contact avec d’autres dialectes locaux « ont tendance à être moins menacées ».

Le professeur Bromham a également souligné la valeur de chaque langue à sa manière et son impact sur la perte de la diversité culturelle quand elle est « perdue, ou est ‘endormie’, comme nous le disons dans le cas des langues qui ne sont plus parlées ».

L’investigation a également signalé la possibilité d’inverser cette réalité, car de nombreuses langues qui devraient disparaître au cours de ce siècle ont encore des locuteurs fluides, et qu’il est donc possible d’investir dans l’appui aux communautés pour revitaliser les langues autochtones.

peo/mgt/lbl

EN CONTINU
notes connexes