vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Turquie poursuit sa guerre dans le nord de la Syrie

Damas, 23 décembre (Prensa Latina) L’armée turque et les organisations radicales qui lui sont affiliées ont poursuivi aujourd’hui leurs bombardements à l’artillerie et à la roquette contre les environs de la localité de Tel Temer, dans la province syrienne du nord-est de Hasakeh. 

Des images publiées par l’agence nationale SANA ont montré d’importants dégâts matériels sur des logements de civils à la suite des attaques, qui ont également provoqué le déplacement de centaines de familles.

Des activistes locaux cités par le quotidien al-Watan ont rapporté de violents affrontements entre les militaires turcs et leurs milices locales d’une part, et les dénommées Forces démocratiques de Syrie (FDS) de l’autre.

Ils ont indiqué que trois hommes armés pro-turcs avaient été tués au cours des combats, alors qu’Ankara a annoncé avoir pu neutraliser 13 membres de la milice séparatiste des FDS.

En outre, un Syrien a été tué par des gardes frontière turcs près de la localité de Mabdah, au nord de Hasakeh.

Selon des médias locaux, les militaires d’Ankara à la frontière ouvrent le feu sur les paysans Syriens et les empêchent de s’approcher de leurs terres agricoles proches de la frontière.

La veille, au moins quatre civils, dont deux femmes, ont été tués et neuf autres blessés par des bombardements de l’armée turque et de groupes radicaux apparentés dans la même zone.

Ces attaques contre les communautés situées à proximité des zones contrôlées par l’armée turque sont fréquentes et sont perpétrées sous le prétexte de détruire des cibles des FDS, milice à majorité kurde alliée aux États-Unis, et qualifiée de terroriste par Ankara.

Depuis 2018, les militaires turcs et des groupes armés illégaux contrôlent de vastes zones dans les provinces d’Idlib, d’Alep, de Raqa et d’Hasakeh, dans le nord de la Syrie.

À plusieurs reprises, Damas a dénoncé cette présence et l’a qualifiée d’occupation, affirmant que les attaques incessantes de la Turquie visent à provoquer un changement démographique en déplaçant des civils.

peo/jf/fm

EN CONTINU
notes connexes