mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

164 personnes sont mortes pendant les troubles au Kazakhstan

Nursultan, 9 janvier (Prensa Latina) Le Ministère de la Santé du Kazakhstan a rapporté aujourd’hui que 164 personnes ont été tuées lors des émeutes de ces derniers jours dans le pays.

Depuis le début des manifestations dans cette nation d’Asie centrale, 103 personnes ont perdu la vie dans la ville d’Almaty, 21 dans la région de Kyzylorda, 10 dans celle de Zhambyl et 8 dans la région d’Almaty, selon la chaîne de télévision Khabar-24.

Dans le même temps, 2 265 personnes ont demandé une aide médicale, dont environ 1 100 à Almaty, l’ancienne capitale et la plus grande ville du pays.

Pour sa part, la défenseuse des droits de l’enfant au Kazakhstan, Aruzhán Saín, a indiqué que les événements avaient causé la mort de trois mineurs âgés de 4, 11 et 15 ans. Le pays a décrété ce lundi 10 janvier jour de deuil national.

Les manifestations au Kazakhstan ont commencé le 2 janvier dans les villes de Zhanaozen et d’Aktau, dans la région de Manguistau (sud-ouest du pays), où les résidents ont manifesté contre les prix élevés du carburant.

Le 5 janvier, le président kazakh Kasym-Zhomart Tokáyev a accepté la démission du gouvernement de son pays, critiqué pour la libération des prix du carburant et donc à l’origines des manifestations.

Ce jour-là et le 6 janvier dernier, les émeutes se sont intensifiées, avec des pillages et des attaques contre les institutions de l’État.

Le chef de l’État a ordonné au gouvernement de réglementer temporairement les prix du gaz liquéfié, de l’essence et du gazole pendant une période de 180 jours civils.

Ce jeudi, l’exécutif a introduit pour six mois une limite pour les prix du gaz liquéfié et de l’essence, ainsi qu’un moratoire sur la croissance des tarifs des services publics.

Malgré ces mesures, les manifestants ont continué d’utiliser des armes à feu et d’intensifier les combats contre les forces de l’ordre.

Tokáyev a demandé l’aide de l’Organisation du Traité de sécurité collective et ses forces de maintien de la paix ont déjà commencé à travailler dans le pays.

Ce dimanche, le ministre de l’Intérieur par intérim du Kazakhstan, Yerlan Turgumbáyev, a annoncé que la situation s’était stabilisée dans toutes les régions où des troubles avaient éclaté, bien que l’opération antiterroriste se poursuive.

peo/oda/mml

EN CONTINU
notes connexes