lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Tadjikistan met en garde contre la présence d’insurgés aux frontières de l’OTSC

Douchanbé, 10 janvier (Prensa Latina) Le président tadjik Emomali Rakhmon a averti lundi que plus de six mille insurgés s’étaient trouvés dans le nord-est de l’Afghanistan près des frontières des pays de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC).

Lors d’une rencontre en ligne du Conseil de sécurité de l’OTSC, il a précisé que les services de renseignement de son pays avaient signalé la présence de plus de 40 camps et centres d’entraînement dans cette partie de l’Afghanistan.

Etant donné que la situation à la frontière tadjike avec l’Afghanistan devenait de plus en plus difficile, moyennant des combats entre les talibans eux-mêmes le long de la frontière, M. Rakhmon a appelé à la création d’une ceinture de sécurité autour de l’Afghanistan.

À ce sujet, le chef du gouvernement kirghize Akylbek Zhaparov a prévenu que les éléments destructeurs impliqués dans les troubles au Kazakhstan pourraient traverser les frontières dans le but de pénétrer dans d’autres pays de la région à l’avenir.

En parallèle, il s’est dit préoccupé par la capture de nombreuses armes à feu par les terroristes impliqués durant ces actions censées  créer une atmosphère de chaos dans d’autres pays.

M. Zhaparov a exhorté les pays de l’OTSC à prendre les mesures nécessaires  afin d’empêcher une escalade de la situation dans la zone de responsabilité de l’OTSC, comprenant l’Arménie, le Belarus, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie et le Tadjikistan.

Pour sa part, le président kazakh Kasym-Zhomart Tokayev a annoncé que l’ordre constitutionnel avait été rétabli dans son pays après les troubles de ces derniers jours.

Comme partie de l’opération antiterroriste,  « on s’efforce d’identifier les personnes qui ont pris part aux crimes » « Jusqu’à lundi, environ huit mille personnes avaient été arrêtées par la police et les forces de l’ordre ».

Le chef d’État a assuré que son pays n’a jamais utilisé ses forces armées contre des manifestants pacifiques et que, dans un avenir proche, il présentera à la communauté mondiale des preuves supplémentaires de la préparation et de la réalisation d’une agression terroriste à l’encontre de cette nation.

jcc/mem/mml

EN CONTINU
notes connexes