jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Confirmation de l’arrivée d’une mission de l’ONU au Pérou suite à une catastrophe environnementale

Lima, 21 jan (Prensa Latina) Le Ministère des Affaires étrangères péruvien a confirmé aujourd’hui l’arrivée d’une mission d’experts internationaux envoyée par les Nations Unies qui fournira une assistance technique pour remédier aux dommages causés par un déversement de pétrole.

L’annonce indique que la mission partira pour le Pérou dans les prochaines heures, comme l’a indiqué l’ONU à la représentation péruvienne auprès des organismes internationaux basés à Genève, en Suisse.

« La mission est composée de techniciens spécialisés dans la réponse rapide environnementale, la coordination et la gestion des incidents de ce type, et la planification et la contingence pour d’autres événements similaires », a rapporté le ministère péruvien.

La représentation de l’Organisation des Nations Unies a quant à elle avancé que les experts effectueront une évaluation rapide de l’impact socio-environnemental et consilleront les autorités sur la gestion et la coordination de la réponse à ce qui est considéré comme la pire catastrophe écologique au Pérou des derniers temps.

Ils proposeront également des mesures efficaces pour réduire les risques de catastrophes futures dans le pays.

Le siège des Nations Unies a également indiqué que l’assistance serait dirigée par l’Unité conjointe de l’environnement (JEU), intégrée par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

L’envoi de la mission fait suite à une demande péruvienne d’appui technique pour évaluer l’impact et les mesures de riposte au déversement d’environ six mille barils de pétrole, qui a eu lieu lorsqu’un pétrolier déchargeait du pétrole brut pour la raffinerie La Pampilla, gérée par la transnationale espagnole Repsol.

L’une des valves usagées a été touchée lors de l’opération, qui a eu lieu le week-end dernier, malgré la forte houle existante suite à l’éruption d’un volcan sous-marin aux Tonga.

Les premières enquêtes ont confirmé que Repsol avait minimisé le déversement et qu’elle n’avait pas pris de mesures immédiates.

Après avoir refusé d’assumer cette responsabilité et face à l’indignation générale, et des demandes de résiliation du contrat lui permettant de gérer la raffinerie, Repsol a changé d’attitude hier et a annoncé des mesures de nettoyage et de remise en état, entre autres actions.

peo/rgh/mrs

 
EN CONTINU
notes connexes