dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une manœuvre cause des pertes millionnaires aux épargnants au Liban

Beyrouth, 27 janvier (Prensa Latina) La Banque centrale du Liban (Banque du Liban) a prolongé l’autorisation d’acheter des dollars au taux de la plateforme Sayrafa, ce qui se traduit dans des pertes millionnaires au préjudice des épargnants.

Les chiffres décrivent un taux de change de 12 000 livres libanaises par dollar, soit environ 11 000 de moins que le marché informel qui achète et vend à un peu plus de 23 000.

Depuis fin 2019, les comptes bancaires ont été gelés et leurs propriétaires les ont ouverts à un taux de 1 500 livres pour un dollar.

Pour l’instant, les files d’attente et les foules devant les banques caractérisent la scène libanaise, les déposants voyant un moyen de récupérer leurs économies, même si c’est à perte.

Avec la plateforme Sayrafa, les responsables de la banque centrale ont tenté d’arrêter la dépréciation de la monnaie nationale sans jamais y parvenir.

Les spécialistes se demandent où l’établissement de crédit trouvera les dollars nécessaires pour faire face à l’avalanche de déposants qui viendront retirer leurs dépôts.

Plus tôt, le gouverneur de la banque centrale, Riad Salameh, a déclaré qu’il n’y avait que ce qu’ils appellent une réserve obligatoire intouchable d’environ 14 milliards de dollars dans les coffres.

Sous couvert d’anonymat, un ancien directeur d’une agence de la Fransbank a dit à Prensa Latina que le pays était très proche d’un effondrement financier et économique total.

« Il n’y a pas d’issue à cette situation », a-t-il déclaré.

L’autorisation d’acheter des dollars a influencé une appréciation de la livre libanaise ces derniers jours, bien que les experts aient annoncé un possible épuisement des réserves de change de la Banque du Liban en l’absence d’un plan concret de redressement financier et économique.

jcc/jf/arc

EN CONTINU
notes connexes