samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une marche traditionnelle dédiée à Martí aura lieu à Cuba

La Havane, 27 janvier (Prensa Latina) Les étudiants cubains organisent jeudi la traditionnelle Marche des flambeaux en hommage au héros national José Martí, un pèlerinage qui sera également consacré cette année aux réalisations de la science.

Le vice-président de la Fédération des étudiants universitaires (FEU), Daniel Alejandro Medina, a communiqué à la presse locale qu’à cette occasion l’activité se déroulera sous le slogan « Je porte ma jeunesse en feu », depuis les marches de l’Université de La Havane jusqu’à la Fragua Martiana.

De même, les réseaux sociaux numériques se joindront à l’hommage à partir de 18h00 heure locale, lorsqu’un tweet géant commencera avec les hashtags #MartíVive, #Antorchas2022, #Revolucionando, #Cuba, #VamosConTodo et #60UJC.

Par ailleurs, l’événement marquera le 60e anniversaire de l’Union des jeunes communistes, le centenaire de la FEU et le 76e anniversaire de l’entrée du leader historique de la révolution, Fidel Castro, à l’université de La Havane.

La marche sera de plus consacrée à la science cubaine et à la lutte acharnée contre la Covid-19.

La phrase « Je porte ma jeunesse en feu » guidant  cette année  la marche des flambeaux en l’honneur du 169e anniversaire de la naissance de l’apôtre fait partie du thème musical « Haciendo fe » du duel  Dúo Iris.

En raison de la forte incidence de la pandémie, l’année dernière le pèlerinage s’est déroulé avec un nombre réduit d’étudiants  et avec la participation du général de l’armée Raúl Castro et du président Miguel Díaz-Canel.

La première marche des flambeaux a été organisée pour le 27 janvier 1953 à minuit dans le but d’attendre l’avènement du centenaire de la naissance de José Martí.

Selon les recherches historiques, la marche est également devenue un acte de protestation contre les crimes du dictateur Fulgencio Batista (au pouvoir après le coup d’État de 1952) et la persécution des jeunes qui cherchaient à changer le cours politique de Cuba.

jcc/jf/idm

EN CONTINU
notes connexes