vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Leonard Peltier décrit son emprisonement aux États-Unis comme une chambre de torture

Washington, 30 janvier (Prensa Latina) L’activiste amérindien Leonard Peltier, considéré aujourd’hui comme le plus ancien prisonnier politique des États-Unis, a décrit les conditions de sa détention dans une prison fédérale de Floride comme une « chambre de torture ». 

« La solitude et le manque d’attention sont comme une chambre de torture pour les malades et les personnes âgées », a déclaré Peltier, 77 ans, dans un communiqué de presse diffusé sur des médias numériques.

D’origine anishinaabe lakota, celui qui est également écrivain et poète a également exprimé que lui et d’autres détenus n’ont pas encore reçu leurs doses de rappel contre la Covid-19 et estime qu’il y a des conditions croissantes de négligence et d’incertitude.

Dirigeant de l’American Indian Movement (AIM), qui a surgi dans les années 60 du siècle dernier au milieu des luttes pour les droits civiques, Peltier a été inculpé pour le meurtre de deux agents du FBI en 1975 lors d’une fusillade qui s’est produite dans la réserve aborigène de Pine Ridge, dans le Dakota du Sud.

À cette époque, des autochtones ont été massacrés pour s’être opposés au contrôle par le gouvernement de leurs terres et de leurs ressources naturelles, selon des récits historiques.

Plus de 250 personnes de cette nation autochtone ont été tuées à la suite de ce harcèlement du peuple lakota, sans que les crimes n’aient encore fait l’objet d’une enquête.

Plusieurs organisations internationales ont dénoncé des irrégularités lors du procès qui a condamné Peltier en 1977 à deux peines de prison à perpétuité consécutives, et il y existerait plus de 10 000 dossiers contenant des preuves catégoriques qui l’acquitteraient immédiatement.

De nombreuses personnalités telles que Coretta Scott King – veuve du leader pour les droits civiques assassiné Martin Luther King Jr.-, et le prix Nobel de la paix Nelson Mandela, entre autres, ont demandé au fil des ans la grâce de Peltier.

Bien que certains présidents aient semblé favorables à sa libération, aucun n’a osé faire le pas.

Le cinéaste Michael Moore a exhorté Barack Obama à revoir les nombreux documents prouvant que Peltier n’a pas eu un procès équitable, mais l’ancien mandataire afro-américain a suivi la même ligne que ses prédécesseurs.

Aujourd’hui, presque aveugle et très malade, Peltier – né le 12 septembre 1944- subit une captivité cruelle et totalement injustifiée, dénoncent des experts, des défenseurs des droits de l’Homme et des activistes qui demandent à Joe Biden d’écouter les demandes de grâce.

peo/mgt/dfm

EN CONTINU
notes connexes