vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Turquie découvre de nouveaux cadavres de migrants à la frontière avec la Grèce

Ankara, 3 février (Prensa Latina) Le nombre de migrants morts de froid à la frontière de la Turquie avec la Grèce s’élève aujourd’hui à 19, selon un communiqué du gouvernorat de la province d’Edirne.

Les corps sans vie ont été découverts dans la localité d’Ipsala, limitrophe au territoire grec. Ces personnes faisaient partie d’un groupe de 22 migrants irréguliers repoussés par les garde-frontières de ce pays européen, selon des déclarations réalisées la veille par le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, qui a accusé les dites forces de procéder de façon inadéquate.

La nationalité des victimes est encore inconnue, selon Soylu, qui a déclaré sur Twitter que l’Union Européenne (UE) est désespérée, faible et ne fait preuve d’aucune humanité face à cette situation.

Les unités frontalières grecques tuent les opprimés, a ajouté le ministre dans un message diffusé sur ce réseau social.

Par ailleurs, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a assuré aujourd’hui que ce n’est pas la première fois que des expulsions à chaud de la part de la Grèce sont révélées, puis il a condamné le silence complice de l’UE face à cette réalité.

Le lit de l’Evros, près d’Ipsala, est un point de passage commun depuis des années pour les migrants irréguliers, mais les forts courants et le froid font fréquemment des victimes, surtout en hiver.

Ankara dénonce presque quotidiennement des situations similaires et accuse Athènes d’en être responsable, fait qui aggrave un différend de longue durée entre les deux pays et qui comprend divers domaines des relations bilatérales.

peo/ssa/mem/ehl

EN CONTINU
notes connexes