mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La date pour le rétablissement des services consulaires à Cuba pas encore fixée

Washington, 4 février (Prensa Latina) Les États-Unis n’ont pas encore fixé de date pour le rétablissement du travail consulaire à leur ambassade à La Havane, ont rapporté aujourd’hui des sources officielles. 

Le sous-secrétaire d’État aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian A. Nichols, a déclaré jeudi lors d’une audition au Congrès que des agents des services consulaires seraient envoyés à l’ambassade de Cuba afin d’accélérer  le traitement des visas des demandeurs cubains à une date non encore fixée. 

La Maison Blanche a retiré 60 % de son personnel diplomatique de l’île en octobre 2017, accusant sans preuve les autorités cubaines d’être à l’origine d’une mystérieuse maladie causée par de prétendues attaques soniques.

En fin de compte, diverses analyses des experts et des agences étasuniennes ont noté un manque de preuves visant à  soutenir l’accusation.

Un rapport interne paru  début 2021 a révélé que le président Donald Trump avait accusé La Havane sans preuves et que la mauvaise gestion et le manque de coordination ont dominé sa réponse à ces prétendues « attaques ».

Pour l’instant, M. Biden a évité de désigner publiquement un pays en particulier et son gouvernement continue d’enquêter sur l’origine de ces incidents survenus dans plusieurs pays.

Un rapport de la CIA cité par la chaîne NBC a exclu que le « syndrome de La Havane » soit le résultat d’une campagne menée par un pays ennemi de Washington, et les causes en sont encore inconnues.

Dans ses déclarations, M. Nichols a répondu à une question du représentant Joaquin Castro, démocrate du Texas, qui mettait en cause les limitations imposées aux services consulaires à La Havane et le flux des envois de fonds des Cubains-Américains, mesures coercitives appliquées par la Maison Blanche parmi les plus de 240 autorisées par Trump pour renforcer le blocus.

« Conformément aux instructions du président, le département d’État a examiné les effectifs de l’ambassade des États-Unis à La Havane et prévoit d’augmenter le personnel afin de faciliter la participation diplomatique, consulaire et de la société civile par le biais d’une sécurité adéquate », a-t-il déclaré. 

Le sous-secrétaire nord-américain a reconnu que les citoyens cubains avaient été touchés lorsqu’ils ont demandé des visas en dehors de leur pays.

Lors de l’apparition du responsable de la région pour le département d’État, il est également apparu que Washington examine toujours des propositions visant à assouplir les restrictions imposées aux envois de fonds vers Cuba, sérieusement limités depuis octobre 2020, lorsque Trump a interdit les opérations de Western Union avec l’île.

Un rapport remis par les départements du Trésor et d’État à la Maison Blanche en juillet 2021 est toujours en cours de « révision »,  ce qui est une justification utilisée en vue de prolonger la validité de ces actions coercitives.

jcc/gaz/lb

 
EN CONTINU
notes connexes