dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La capitale du Canada en état d’urgence suite à des manifestations

Ottawa, 7 février (Prensa LaTina) Le maire de cette capitale, Jim Watson, a déclaré aujourd’hui l’état d’urgence dans cette ville canadienne à la suite de manifestations déclenchées il y a 10 jours contre des mesures imposées pour endiguer la pandémie de Covid-19.

La déclaration reflète le danger et la menace que les manifestations font peser sur la sécurité des citoyens et souligne la nécessité d’un soutien de la part d’autres juridictions et niveaux de gouvernement, a expliqué Watson.

Selon lui, Ottawa s’efforce d’assurer la continuité des services essentiels à ses résidents, qui seront informés de la situation par le biais des pages officielles des administrations locales.

La dénommée Caravane de la Liberté, notamment composée de chauffeurs de camions de la capitale, est descendue dans les rues il y a 10 jours contre l’obligation de vaccination imposée le 15 janvier dernier aux personnes effectuant des trajets transfrontaliers.

D’autres groupes qui s’opposent à cette mesure du Premier ministre Justin Trudeau se sont joints à la manifestation qui s’est étendue ce week-end à d’autres villes canadiennes comme Toronto, Québec et Winnipeg, entre autres.

« Ils sont plus nombreux que nous et nous perdons cette bataille. Nous devons reprendre notre ville », a déclaré Watson lors d’une conférence de presse ce dimanche.

La police a assuré que plus de 5 000 personnes se sont jointes à la manifestation organisée ce week-end. 

L’Alliance canadienne des camions a indiqué que plus de 85 % des conducteurs qui traversent vers les États-Unis sont vaccinés, ce qui rend inutile l’exécution de ce mandat.

Selon les autorités, environ 250 camions sont stationnés depuis 10 jours dans des zones centrales, y ajoutant des bruits constants de klaxons.

Le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, et le chef de la police de la capitale, Peter Sloly, ont expliqué que l’on ne peut plus parler de manifestation, mais d’occupation, soulignant que la vaccination obligatoire pour les camionneurs est hors de question.

Il est temps pour les manifestants de rentrer chez eux, a pour sa part estimé Trudeau en ajoutant que les manifestations ont paralysé la vie des habitants d’Ottawa.

peo/gaz/âge

EN CONTINU
notes connexes