samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Gouvernement bolivien s’assurera de l’intégrité d’Evo Morales

La Paz, 7 janvier (Prensas Latina) La Bolivie entreprendra des actions pour protéger la vie et l’intégrité de l’ancien mandataire Evo Morales, a assuré aujourd’hui le ministre de Gouvernement (Intérieur), Eduardo del Castillo, en réponse à une plainte du leader du Mouvement vers le Socialisme (MAS).

« Toute plainte effectuée dans notre pays fait l’objet d’une enquête avec la même célérité, (mais) s’il s’agit d’un ancien président, qui se sent persécuté, on prendra les précautions qui s’imposent pour préserver sa vie et son intégrité », a déclaré le ministre devant des médias. 

Le dirigeant du MAS a averti sur Twitter que « nous sommes persécutés, espionnés et constamment surveillés. Nous enquêtons pour savoir si ces actions illégales viennent de la droite ou de l’ambassade des États-Unis ».

« Notre gouvernement doit contrôler ces groupes et garantir la sécurité du peuple », a manifesté sur le réseau social le premier mandataire indigène du pays et fondateur de l’État plurinational.

Dans un autre tweet, Morales a averti que « la droite et les personnes serviles à l’impérialisme veulent me dépecer comme Túpac Katari, sinon physiquement, politiquement, avec des mensonges, des intrigues et de fausses accusations qu’ils ne pourront pas prouver en raison de la transparence de toute notre vie ».

Durant une émission de la radio Kawsachun Coca, l’ancien chef d’État a de nouveau évoqué la question ce dimanche en abordant les accusations pour trafic de drogue présumé qui ont été reprises par des médias liés aux États-Unis après la récente arrestation en Bolivie de l’ancien colonel Maximiliano Dávila,  ex-chef de la Force spéciale de lutte contre le narcotrafic (Felcn).

La presse proche de l’opposition bolivienne a repris sa campagne pour discréditer le MAS après l’arrestation et les accusations à l’encontre de l’ancien directeur national de la Felcn. 

L’ex-officier inculpé a été arrêté dans la municipalité de Villazón, à cinq minutes de la frontière avec l’Argentine, alors qu’il tentait de fuir le pays.

peo/rgh/jpm 

EN CONTINU
notes connexes