dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’économie cubaine ne renonce pas à la reprise en 2022

La Havane, 9 février (Prensa Latina) Cuba a commencé la deuxième phase du Plan national de développement économique et social (PNDES) défavorablement, mais ne renonce pas à se relever et atteindre ses objectifs pour 2026, a déclaré aujourd’hui une source officielle.

Intervenant lors d’un forum du Congrès Université 2022 sur les Objectifs de Développement Durable Agenda 2030, Alejandro Gil, vice-premier ministre et ministre de l’Économie et de la Planification, a souligné que la première étape (2019-2021) n’a pas atteint les résultats escomptés.

Toutefois, il a indiqué que le pays est prêt pour la reprise économique à partir de cette année et jusqu’en 2026. 

En raison de l’impact de la Covid-19 et de la recrudescence du blocus nord-américain, le produit intérieur brut (PIB) a diminué de 13 pour cent, mais il a augmenté au cours des trois derniers trimestres, ce qui est encore insuffisant, mais signifie une reprise progressive, a-t-il manifesté.

Il a ajouté que pour avancer vers un scénario favorable, il faut une croissance annuelle de quatre à cinq pour cent du PIB, scénario jugé possible car la nation a réussi à contrôler l’impact de la Covid-19 et progresse dans la mise en œuvre des transformations structurelles.

À cet égard, il a souligné des progrès tels que l’autonomie des entreprises, le perfectionnement du travail indépendant, la création de petites et moyennes entreprises et la transformation des barèmes salariaux.

Gil a souligné que le tourisme, après avoir été quasiment nul en raison de la pandémie, montre une reprise et que ce secteur constitue un secteur dont l’impact est irremplaçable sur la structure des revenus de l’économie nationale.

Toutefois, a-t-il signalé, le contexte présente encore des facteurs qui peuvent ralentir la reprise, tels que l’apparition de nouveaux variants du SARS-CoV-2, l’inflation et la complexité des processus logistiques. 

Le vice-Premier ministre a illustré son propos avec l’augmentation des prix des carburants (le baril de pétrole vaut plus de 90 dollars), des denrées alimentaires (hausse des prix de 30 à 40 pour cent) et des frais de transport (augmentation de trois à quatre fois des coûts).

Gil a souligné que l’existence du PNDES, qui articule actuellement 28 programmes et plus d’une centaine de projets conçus au niveau local et couvrant des thèmes tels que le développement humain, l’équité, l’infrastructure, la transformation productive et la gouvernance, était une force.

Il a annoncé qu’un rapport d’évaluation sur la première phase de mise en œuvre du PNDES devrait être finalisé ce mois de février.

L’intervention de Gil a eu lieu lors du forum Enseignement supérieur et Objectifs de développement durable, auquel ont participé des experts d’Europe et d’Amérique latine et des représentants d’organismes de l’Administration centrale de l’État.

La contribution de l’enseignement supérieur à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies est l’un des axes thématiques centraux du Congrès Université 2022, qui réunit plus de 200 délégués d’une trentaine de pays dans la capitale cubaine cette semaine.

peo/acl/jfs 

EN CONTINU
notes connexes