samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Code des Familles sert à renforcer la lutte contre la violence à Cuba

La Havane 10 février (Prensa Latina) Le Code des Familles, en consultation populaire aujourd’hui et jusqu’en avril prochain, entraîne des conséquences juridiques- face aux situations de violence-conçues en vue d’affronter ce fléau à Cuba, a-affirmé la docteure en science Yamila González. 

D’après la vice-présidente de la Société cubaine de Droit Civil, la motivation de la normative est celle d’écarter les agresseurs du foyer familial, de protéger ceux susceptible d’être vulnérables à ce type de situations et qui ont besoin de la protection que ce soit de la famille, soit de la communauté ou de l’État.

« Le projet de loi permettra de contrer la violence fondée sur le genre, qui touche directement les enfants, les adolescents, les personnes âgées ou bien handicapées, sous toutes ses formes, à savoir, la violence physique, verbale, psychologique, morale, sexuelles, économique, patrimoniale ou par négligence, que ce soit moyennant l’action ou par omission », a-t-elle précisé. 

  «Le code inclut de même toutes les agressions entre proches, au sein du mariage ou  d’unions affectives, y compris les ex-couples », a ajouté le vice-président de l’Union de Juristes de Cuba au quotidien Granma.

Pour faire face à des présumées situations d’agression, on compte sur des conséquences juridiques, appliquées en cas de divorce, des situations liées à la liquidation des biens de la communauté conjugale, de relations parentales ou concernant la tutelle des enfants.  

Par exemple,  les parents ou d’autres proches qui imposent leur agressivité ne pourront pas avoir la garde ni le droit de communiquer avec les enfants et les adolescents.

Une personne violente ne pourra adopter ou devenir tutrice; celle-ci n’aurait non plus le droit d’hériter de celui qui ait agressé la personne à sa garde, a précisé González. 

Un autre exemple de protection offerte face aux situations de divorce ou de séparation d’une union affective de fait, ce sont des pensions pour le partenaire vulnérable, ainsi qu’une compensation économique du fait des opportunités manquées en raison du dévouement au travail, à la maison et aux soins.  

jcc/livp/gaz/cgc

EN CONTINU
notes connexes