mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel de l’ONU à une réponse coordonnée aux dangers de la migration irrégulière

Nations Unies, 17 février (Prensa latina) Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a insisté hier sur la nécessité de réponses coordonnées au niveau international pour faire face à la migration irrégulière et aux dangers qu’elle engendre.

En présentant à l’Assemblée générale de l’organisme multilatéral son deuxième rapport sur le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière, il a par ailleurs indiqué que la mobilité des personnes est un phénomène qui enrichit les sociétés et les économies.

Mais si elle est mal gérée, elle crée d’énormes défis, « de la perte tragique de vies humaines aux violations de droits et l’apparition de tensions sociales, a-t-il souligné.

À cet égard, il a estimé que la gestion efficace des migrations et la protection des droits des migrants exigeaient une coopération internationale renforcée.

Guterres a présenté une série de recommandations à cet effet et, en tant que premier point, a évoqué la nécessité de promouvoir des sociétés inclusives et de ne pas exclure les migrants et les réfugiés lors des efforts de réponse et de redressement face à la pandémie de Covid-19. 

Le secrétaire général de l’ONU a souvent déploré que les personnes en situation de mobilité se voient refuser l’accès aux services de base.

Beaucoup d’entre eux sont de plus en plus stigmatisés, victimes de racisme et xénophobie, tandis que les femmes et les enfants migrants sont confrontés à des risques accrus de traite humaine, de violence sexiste, d’abus et d’exploitation, a averti le diplomate portugais.

La seule façon de briser la domination des passeurs et des trafiquants est de mettre en place des voies de migration régulière par une étroite coopération entre les pays d’origine et de destination, a-t-il souligné.

Selon les chiffres de l’ONU, au cours des sept dernières années, on a enregistré près de 50 000 décès de migrants dans le monde, mais les statistiques réelles doivent être plus élevées.

Adopté il y a trois ans, le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière reflète l’engagement de la communauté internationale à améliorer ces flux humains dans la dignité et sans mettre en danger la vie humaine.

peo/oda/ifb 

EN CONTINU
notes connexes