mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’hystérie anti-russe empêche d’évaluer la situation en Ukraine

Moscou, 17 février (Prensa Latina) L’hystérie anti-russe aux États-Unis empêche ses fonctionnaires d’évaluer objectivement la situation en Ukraine et ceux-ci poursuivent leurs accusations d’une attaque imminente contre ce pays, a dénoncé aujourd’hui l’ambassade de Moscou à Washington.

La mission diplomatique russe a mentionné dans un communiqué sur sa page Facebook les déclarations du porte-parole du Département d’État, Ned Price, lors d’une interview à la chaîne CNN, dans laquelle « il a une fois de plus tenté de condamner la Russie pour avoir diffusé des informations erronées sur la situation en Ukraine ».

Selon le communiqué, l’auto-hypnose sur l’imminence d’une attaque russe continue obstinément. 

Il cite comme exemple la même chaîne de télévision nord-américaine CNN, qui lors d’un reportage en direct de Kiev « a lancé un compte à rebours pour l’invasion imaginaire, programmée par elle-même pour le matin du 16 février ».

La représentation russe à Washington a exhorté Washington à ne pas alimenter la « frénésie militariste » des journalistes et à se concentrer sur les questions réellement importantes du règlement diplomatique du conflit interne en Ukraine.

Avant de s’adresser à CNN, Price a déclaré que la Russie ne réduirait pas la tension concernant l’Ukraine mais continuerait de concentrer ses troupes à la frontière.

Les politiciens, les diplomates et les médias occidentaux ne cessent d’annoncer et de spéculer sur une prétendue invasion russe de l’Ukraine, ce qui accroît les tensions en Europe.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a qualifié de terrorisme d’information le déversement de prétendues données de l’Occident sur l’hypothétique attaque de Moscou contre la nation voisine.

Lors d’un entretien téléphonique avec le secrétaire d’État nord-américain Antony Blinken, Lavrov a exhorté Washington à cesser la campagne de propagande sur cette prétendue agression contre l’Ukraine, qui, a-t-il dit, poursuit des objectifs provocateurs.

Le porte-parole présidentiel russe, Dmitri Peskov, a considéré cette stratégie comme une escalade vide et injustifiée de la tension et a souligné que la Russie ne représente une menace pour personne.

Selon le chef du bureau de presse du Kremlin, les tentatives de résoudre la crise dans le sud-est de l’Ukraine par la force auront de graves conséquences.

peo/mem/mml

EN CONTINU
notes connexes