samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les Républiques de Donetsk et de Lougansk souscrivent à un décret russe

Moscou, 21 février (Prensa Latina) Le président russe Vladimir Poutine a signé aujourd’hui les décrets sur la reconnaissance de l’indépendance et de la souveraineté des Républiques populaires de Donetsk (RPD) et de Lougansk (RPL) aux côtés des dirigeants de ces territoires du Donbass.

Les documents ont été paraphés par les leaders de la RPD, Denis Pushilin, et de la RPL, Leonid Pásechnik, qui ont également signé les Traités d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle. « Je vous félicite », a conclu Poutine.

La cérémonie a eu lieu au Kremlin, d’où le Président est intervenu en direct à la télévision et où le Conseil de Sécurité de la Russie s’est réuni et a exprimé son soutien à cette décision.

Le président de la Commission des relations internationales de la Douma d’État (Chambre basse du Parlement), Leonid Slutski, a déclaré que la reconnaissance de l’indépendance de ces territoires était la seule mesure possible pour la Russie, compte tenu de l’aggravation de la situation dans la région du Donbass.

Il a également attiré l’attention sur le manque de volonté de Kiev d’appliquer les accords de Minsk et sur l’orientation des autorités ukrainiennes vers une solution militaire du conflit.

« Nous sauvons nos concitoyens du génocide, de la destruction physique. C’est un moment véritablement historique », a-t-il déclaré.

Dans son intervention devant le Conseil de Sécurité de la Russie, le ministre de la Défense, Sergueï Shougu, a déclaré que les paroles du président ukrainien, Vladimir Zelensky, sur le désir de restituer le statut de pays nucléaire sont extrêmement dangereuses.

Le ministre a averti qu’après avoir fait partie de l’Union soviétique pendant des années, l’Ukraine possède des qualités pour créer de telles armes. « Ils ont l’équipement, la technologie et les spécialistes qui, à mon avis, ont beaucoup plus de possibilités dans le domaine nucléaire que l’Iran ou la Corée du Nord », a-t-il dit. 

Il a rappelé que dans les documents de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), la Russie est officiellement et directement déclarée comme la principale menace pour la sécurité euro-atlantique.

Il a averti que les propositions russes pour un dialogue égalitaire sur les questions de sécurité fondamentales sont restées sans réponse de la part des États-Unis et de l’OTAN, de sorte que le pays a le droit de prendre des mesures de riposte pour assurer sa propre sécurité. « C’est exactement ce que nous ferons », a souligné Poutine.

peo/acl/mml 

EN CONTINU
notes connexes