samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Allemagne refuse d’appliquer à la Russie des mesures affectant l’Europe

Berlin, 25 février (Prensa Latina) L’Allemagne a plaidé pour l’abandon de certaines mesures contre la Russie du nouveau paquet approuvé par l’Union européenne (UE), parce qu’elles affecteraient de manière collatérale et sensible les pays membres de cette communauté, a déclaré aujourd’hui un porte-parole. 

Steffen Hebestreit, porte-parole du gouvernement allemand, a évoqué en particulier les conséquences de l’exclusion de Moscou du système Swift, qui facilite les opérations internationales entre banques.

Hebestreit a souligné qu’exclure la Russie de Swift serait techniquement complexe et aurait des effets massifs sur les transferts en Allemagne et pour les entreprises qui font des affaires en Russie.

Il a déclaré que d’autres nations européennes, dont la France et l’Italie, partageaient les objections de Berlin à cette restriction, dont le président ukrainien, Vladimir Zelenski, réclamait avec insistance l’application.

La Société Mondiale des Télécommunications Financières Interbancaires (Swift) permet la transmission quotidienne d’environ 42 millions de messages sécurisés entre plus de 11 000 institutions et entreprises dans plus de 200 pays et territoires.

Son importance réside dans le fait qu’il s’agit de la norme de communication entre les banques et, par conséquent, du système de paiement international et que ceux qui ne sont pas connectés doivent rechercher d’autres voies de communication que les autres.

Le Conseil européen a approuvé de nouvelles mesures contre la Russie à la suite du lancement par ce pays d’une opération militaire spéciale pour soutenir les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, dont Moscou a reconnu l’indépendance le 21 février.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré qu’avec les nouvelles dispositions punitives de nature politique, économique, commerciale et financière, « nous affaiblirons la base économique de la Russie et sa capacité de modernisation ».

Le haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Josep Borrell, a quant à lui souligné que ce paquet de sanctions vise à imposer à la Russie un « isolement sans précédent », mais la proposition de faire sortir les banques russes du système Swift a été rejetée.

peo/acl/Ort

EN CONTINU
notes connexes