samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Zelensky estime qu’aucun pays ne veut de l’Ukraine dans l’OTAN

Kiev, 25 février (Prensa Latina) Le président ukrainien Vladimir Zelensky a déclaré aujourd’hui qu’aucun pays n’est prêt à garantir l’admission de l’Ukraine dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ni à envoyer ses forces armées pour défendre ce pays.

Le mandataire a déclaré, dans un message vidéo sur sa chaîne du réseau social Telegram, que le pays se retrouve seul pour défendre l’État.

« Qui est prêt à se battre avec nous? Honnêtement, je ne vois pas ces gens », a-t-il regretté.

Zelensky a ajouté que personne ne lui donne de garanties pour que l’Ukraine puisse intégrer l’OTAN. « Tout le monde a peur », a-t-il souligné en référence à l’opération militaire lancée hier par la Russie dans ce pays, à la demande des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, dans la région du Donbass.

« Nous avons attendu la porte ouverte pendant longtemps. Nous avons posé des questions sur l’adhésion à l’OTAN, nous n’avons pas entendu de réponse. Nous avons maintenant besoin de garanties juridiques internationales de sécurité, d’une perspective européenne claire, d’actions rapides et concrètes », a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs remercié les partenaires de Kiev pour leur soutien, mais a demandé qu’ils le fassent par des actes « concrets, et pas seulement par des paroles ».

Toutefois, Zelinsky avait souligné ces derniers mois l’aide militaire et financière apportée à cette nation par les pays occidentaux, en particulier les États-Unis.

La veille, le président des États-Unis, Joe Biden, a réaffirmé que Washington continuerait d’apporter soutien et assistance à l’Ukraine.

Le 20 janvier dernier, le ministre des Affaires étrangères ukrainien Dmitri Kouleba a annoncé que l’aide militaire apportée par la Maison Blanche à Kiev en 2021 s’élevait à 650 millions de dollars.

Il a souligné qu’il s’agissait de l’aide la plus élevée en matière de sécurité et de défense que son pays avait reçu de Washington depuis 2014, suite au coup d’État orchestré par l’opposition avec le soutien de l’Occident.

Il a ajouté que les autorités nord-américaines ont confirmé qu’elles continueraient à renforcer les capacités de Kiev, y compris par des armes létales.

Les déclarations de Kuleba ont eu lieu au moment même où Moscou dénonçait la militarisation de l’Ukraine et la qualifiait de menace pour le territoire russe et exigeait des États-Unis la cessation des livraisons d’armes à ce pays.

En maintes occasions, la Russie a exhorté l’Occident à cesser de contribuer à la militarisation de la nation voisine et d’entraîner cette ancienne république soviétique vers une intégration dans l’OTAN.

peo/oda/mml 

EN CONTINU
notes connexes