vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis offriront des services consulaires très limités à Cuba

Washington, 9 mars (Prensa Latina) L’administration du président nord-américain Joe Biden prévoit la reprise de services consulaires très limités à Cuba, lesquels n’incluront pas le traitement des visas touristiques ou la reprise du programme de regroupement familial. 

Quelques jours après que Washington ait annoncé la reprise de certaines activités au sein de son ambassade à La Havane, le Département d’État a précisé que les services seraient limités aux demandes de visa d’immigrant parrainées par des membres de leur famille.

Dans des déclarations téléphoniques à des médias nord-américains, Emily Mendrala, sous-secrétaire d’État adjointe au Bureau des Affaires de l’Hémisphère occidental, a indiqué que la réouverture totale du siège consulaire aura lieu dans un délai indéfini.

« Nous n’avons pas de calendrier établi, il y a beaucoup à faire, mais nous sommes intéressés à commencer à traiter les cas dès que possible », a-t-elle déclaré.

Selon Mendrala, les Cubains qui demandent un permis de visiteur devront encore se rendre dans un pays tiers pour leur démarche, comme le Guyana, et passer un entretien avec un fonctionnaire consulaire nord-américain.

Elle a par ailleurs ajouté que les services fournis à La Havane seraient presque entièrement suspendus en raison de la réduction importante de personnel du gouvernement au sein du siège diplomatique. 

Washington a fermé ses services consulaires à La Havane en 2017, sous l’administration de Donald Trump et sous prétexte d’incidents de santé rapportés par des diplomates nord-américains, au sujet desquels aucune réponse scientifique n’a été apportée et des rapports du propre Département d’État ont révélé une mauvaise gestion gouvernementale. 

Cette décision a provoqué la suspension du programme de regroupement familial, qui continuera à l’être pour le moment, tout comme l’octroi de visas, car les Cubains sont actuellement tenus de se rendre dans des pays tiers pour toutes leurs démarches, ce qui augmente les coûts et ne garantit pas une approbation.

En outre, selon les autorités cubaines, la cessation des voies légales de voyage et le renforcement du blocus économique, commercial et financier imposé par Washington encouragent la migration irrégulière à partir de l’île, au point de mettre en danger des vies humaines.

peo/msm/age

EN CONTINU
notes connexes