dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un coordinateur des Nations Unies soucieux de la situation en Cisjordanie occupée

Nations Unies, 9 mars (Prensa Latina) La dégradation de la situation en matière de sécurité en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est, suscite des inquiétudes au sein de l’ONU suite aux récents rapports faisant état de décès parmi la population palestinienne.

Par le biais d’un communiqué, le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a déclaré que chaque mort est tragique et que chaque blessure est regrettable, mais que le décès ou la blessure d’un enfant est une situation particulièrement dévastatrice. 

Le Haut Représentant de l’ONU a déploré qu’au cours de la semaine dernière la violence quotidienne a coûté la vie à six Palestiniens, dont  un enfant.

En outre, il a souligné que les enfants ne devraient jamais être soumis à la violence ou mis en danger.

Dans cette situation volatile, a déclaré Wennesland, toutes les parties impliquées doivent s’abstenir d’actions et de provocations qui alimentent les tensions, et il est impératif de faire preuve d’un maximum de retenue. 

« Rien ne peut justifier la violence ou la terreur, qui doivent être condamnés par tous. Les forces de sécurité israéliennes doivent utiliser la force létale uniquement lorsque cela est strictement inévitable pour protéger la vie », a-t-il manifesté. 

À cet égard, le haut représentant des Nations Unies a appelé les leaders politiques, religieux et communautaires à rejeter la violence et à se prononcer contre ceux qui cherchent à enflammer la situation. 

Au début du mois, le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad Al Maliki, a demandé à différentes institutions des Nations Unies de prendre des mesures pour mettre un terme aux crimes israéliens contre les habitants de la bande de Gaza et de la Cisjordanie.

Lors d’une rencontre à Genève avec Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge, Al Maliki a détaillé les récentes attaques de Tel Aviv et a demandé à cette organisation de s’intéresser aux milliers de prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. 

Cette réunion s’est tenue dans le cadre de la 49ème session régulière du Conseil des droits de l’Homme ayant lieu dans cette ville suisse.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères a également condamné les violations continues de la puissance d’occupation, Israël, comprenant des arrestations arbitraires et sa stratégie de colonisation. 

Toujours devant le Conseil des droits de l’Homme, le ministre palestinien a critiqué la politique de deux poids, deux mesures qui prévaut dans le monde en dénonçant la manipulation des droits de l’Homme et des normes internationales, comme en témoignent les politiques à l’égard du gouvernement de Tel Aviv. 

La détérioration de la réalité de millions de victimes de violations flagrantes des droits de l’Homme se poursuit, ils sont privés de justice, alors que la culture de l’impunité est de plus en plus ancrée, a déclaré Al Maliki. 

À cet égard, il a déploré que « la responsabilité soit recherchée haut et fort quand c’est politiquement opportun, mais que l’on ne demande pas de compte avec autant de ferveur lorsque le coupable est politiquement favorisé ».

peo/ssa/ rgh/ifb

EN CONTINU
notes connexes