jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président Díaz-Canel fait l’éloge du journalisme cubain attaché à la justice

La Havane, 14 mars (Prensa Latina) Le président cubain Miguel Díaz-Canel a fait aujourd’hui l’éloge du journalisme engagé envers la vérité, la justice, la Révolution et le peuple à l’occasion des célébrations de la Journée de la presse sur l’île.

Par le biais de son compte Twitter, le président a souligné le 130e anniversaire de la fondation par le Héros national du journal Patria.

« Ce 14 mars s’avère un Jour de célébration et de réflexion. Pour le 130e anniversaire du journal Patria et pour les défis de la presse cubaine dans les temps actuels  à Cuba.

Auparavant, le ministre des affaires étrangères de l’île, Bruno Rodríguez, avait qualifié la presse du pays de défenseur courageux, engagé et fidèle de la vérité face aux mensonges et aux manipulations.

« L’éthique de Marti- comme voie du journalisme cubain- est axée face à ceux qui ne cessent pas leurs efforts pour détruire la Révolution », a ajouté le ministre des Affaires étrangères.

Dans toutes les provinces, des initiatives sont développées pour récompenser les travailleurs exceptionnels des différents médias.

La Journée de la presse sera complétée par un colloque international consacré au journal Patria, qui se tiendra aujourd’hui et demain, avec la participation de journalistes de médias et d’institutions de gauche du monde entier, ainsi que d’universitaires et d’acteurs politiques et sociaux de plusieurs pays.

jcc/mem/idm

27 jeunes de Colombie se sont rendus à Cuba pour étudier la médecine.

Bogotá, 13 mars (Prensa Latina) Le président du Parti communiste, Rodrigo Londoño, a souligné aujourd’hui les adieux de 27 jeunes de Colombie qui se sont rendus à Cuba pour étudier à l’École latino-américaine de médecine (ELAM).

« Cuba, c’est la solidarité. Cuba, c’est l’humanisme », a affirmé le leader politique en faisant référence à l’octroi de bourses à un millier de jeunes colombiens dans le cadre de l’accord de paix pour étudier cette profession.

Les 27 jeunes se sont rendus hier soir sur l’île des Caraïbes, où ils seront inscrits aux études et aux stages de cette carrière, aux côtés d’autres Colombiens qui sont déjà à des niveaux plus avancés.

Après la signature de l’Accord en 2016 entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie-Armée du peuple (FARC-EP), aujourd’hui disparues, et le gouvernement de Juana Manuel Santos, Cuba a octroyé, au nom de l’État, un millier de bourses pour que les anciens guérilleros et les victimes du conflit puissent étudier la médecine, comme une nouvelle contribution au processus de paix dans ce pays.

L’ancien ambassadeur de Cuba en Colombie, José Luis Ponce, qui a récemment achevé sa mission, a adressé l’offre à la Commission de suivi, de promotion et de vérification de la mise en œuvre de l’accord de paix final (CSIVI), aux dirigeants des FARC-EP de l’époque et aux représentants du gouvernement devant la Commission.

M. Ponce avait alors expliqué que la distribution des bourses, à raison de 200 par an pendant cinq ans (100 pour les FARC-EP et 100 pour l’exécutif national), constituerait la contribution de Cuba au processus de mise en œuvre des accords conclus lors des pourparlers de La Havane et à l’après-conflit en Colombie.

Les étudiants sélectionnés pour ces bourses commenceraient l’année académique 2017-2018, et les capacités d’étudier la médecine à Cuba seraient destinées aux jeunes démobilisés des FARC-EP et aux personnes déplacées et touchées par le conflit armé interne, ces dernières devant être choisies par le gouvernement.

Cuba a accueilli les pourparlers de paix pendant plus de quatre ans, jusqu’en 2016, et a fait office – avec la Norvège – de pays garant pour les discussions bilatérales.

jcc/jcm/otf

 
EN CONTINU
notes connexes