lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le climat en Espagne dégradé par le sirocco du Sahara et la bourrasque

Madrid, 16 mars (Prensa Latina) De grandes superficies couvertes d’une fine couche de sable venu du Sahara, en raison d’un phénomène atmosphérique connu sous le nom de « calima » en Espagne et sirocco en France, domine aujourd’hui le paysage en Espagne où il est prévu l’arrivée de pluies provenant de la bourrasque « Celia ».

La qualité de l’air est devenue déplorable depuis hier, à la suite de la combinaison de ces deux phénomènes climatiques qui ne coïncident pas fréquemment : la « calima », de forts vents chargés de poussière de sable en provenance du désert du Sahara, et la bourrasque.  

Parallèlement à une densité du climat, avec des températures pas trop basses, mais avec une pollution de l’air remarquable, Madrid, présumant d’être une ville assez propre, se trouve sous une couche de poussière de sable originaire du nord de l’Afrique. 

D’autres villes du pays ont pu constater le résultat du mélange de la neige blanche et les particules du sable du Sahara, ce qui entraîne un drôle de sentiment chez les passionnés/amateurs de sports d’hiver.

Précédé par de fortes pluies et vents lundi dernier, le sirocco couvre les champs, les rues, les automobiles, les bâtiments, les stations et les arrêts du transport public et les monuments de Madrid et d’autres régions de l’Espagne.

Une situation, que selon l’agence nationale de météorologie (Aemet, en espagnol), devient plus complexe avec la bourrasque Celia entraînant ce qu’on appelle les « pluies de boue » dans quelques régions de la péninsule et des îles Baléares. 

D’après l’Aemet, les conditions météorologiques continueront ce mercredi à être conditionnées par la tempête Celia, générant des précipitations persistantes dans la région méditerranée péninsulaire, à laquelle s’ajoutera l’entrée par le nord-ouest péninsulaire d’un nouveau front atlantique, avec plus de pluies et du sirocco.

Parmi les mesures de protection adressées à la population figurent l’appel à porter en permanence des masques, dans la mesure du possible des lunettes de soleil, et à maintenir les portes et fenêtres des maisons et appartements fermées.

Pourtant, circuler aujourd’hui par les rues espagnoles implique l’adhérence de la poussière aux vêtements et aux chaussures et sa propagation dans des établissements fermés. De plus, la visibilité est plus réduite comme si c’était un épais brouillard de couleur orange.

jcc/ssa/rgh/ft

EN CONTINU
notes connexes