vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président du Kazakhstan propose des changements au système politique national

Nursultan, 16 mars (Prensa Latina) Le président du Kazakhstan, Kasim-Yomart Tokayev, a proposé aujourd’hui une analyse visant à modifier le modèle politique national afin de renforcer les pouvoirs du Parlement.

Dans son message annuel à la nation, le président a mentionné que l’initiative visait  à assurer un équilibre optimal des institutions, ainsi qu’à contribuer au développement durable de la nation d’Asie centrale.

« Le pays doit changer de modèle politique. Avant tout, il est urgent d’achever la transition d’une forme de gouvernement super-présidentielle à une république présidentielle dotée d’un parlement fort », a-t-il ajouté.

M. Tokayev a insisté sur le fait que cette décision renforcerait la concurrence politique et établirait des conditions de concurrence équitables pour tous les partis.

En signe de la responsabilité du président en matière d’égalité des chances pour tous les citoyens, la restructuration empêchera les proches parents du chef de l’État d’occuper des fonctions politiques ou d’être nommés à des postes dans la sphère quasi-étatique.

À cet égard, il a mis en valeur qu’une leçon importante des émeutes de janvier était  la manière dont la concentration du pouvoir entre les mains du plus haut fonctionnaire de l’État du pays augmentait  de manière injustifiée l’influence de ses proches et des groupes financiers-oligarchiques. « Et donc ils perçoivent l’État comme un fief personnel ».

Parmi d’autres initiatives, il a suggéré d’établir la Cour constitutionnelle comme une « étape clé dans la construction d’un État juste et légal ».

Tokayev a également inclus dans ses propositions une nouvelle procédure de formation des organsimes représentatifs, la redistribution du pouvoir à différents niveaux, un système de lutte contre la corruption et des changements dans la division administrative-territoriale de la république.

Il a ajouté que les réformes de grande envergure nécessiteraient plus de 30 modifications de la constitution et l’adoption de plus de 20 nouvelles lois d’ici la fin de l’année.

Le Kazakhstan a connu une crise sociale et politique début janvier, déclenchée initialement par la hausse du prix du gaz liquéfié.

Les manifestations se sont transformées en émeutes, accompagnées de vandalisme, de sabotage et d’actions contre l’ordre institutionnel, avec des attaques contre la police, l’armée et les autorités dans de nombreuses villes du pays, surtout à Almaty.

La situation s’est stabilisée le 7 janvier, après l’arrivée dans le pays du contingent de maintien de la paix de l’OTSC demandé par le président kazakh Kasym-Zhomart Tokayev. Par la suite,i l’état d’urgence national a été levé.

Selon le bureau du procureur général, 225 personnes ont été tuées et plus de 4 500 blessées lors des émeutes, tandis que les dégâts matériels sont estimés entre deux et trois milliards de dollars.

jcc/rgh/odf

 

 

EN CONTINU
notes connexes