dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le HCR appelle à traiter les réfugiés du monde entier comme les Ukrainiens

Bruxelles, 21 mars (Prensa Latina) Le Haut Commissaire de l’Organisation des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), Filipo Grandi, a demandé aujourd’hui de traiter tous les migrants du monde de la même manière que le sont les Ukrainiens.

Dans une déclaration à l’occasion de la Journée contre la discrimination raciale, Grandi a déploré la « triste réalité » des personnes noires et racialisées qui fuient les conflits militaires.

À ce propos, il a indiqué dans un communiqué que les demandeurs d’asile d’autres conflits ne sont pas traités de la même manière que les Ukrainiens pour des raisons politiques. De même, le fonctionnaire a condamné les incidents liés à la « discrimination, à la violence et au racisme » et les a qualifiés de perturbateurs et inacceptables.

Dans le rapport, Grandi a souligné que l’expérience des réfugiés est universelle, car tous vivent « la même douleur et la même tristesse, le même sentiment de perte et d’angoisse, le même soulagement au moment de trouver la sécurité et la même peur pour un avenir incertain ».

C’est pourquoi tous méritent notre compassion, notre empathie et notre soutien, a-t-il ajouté.

L’Union européenne a approuvé le 3 mars dernier l’octroi automatique d’une protection temporaire aux citoyens ukrainiens, tandis que les migrants d’autres nationalités résidant dans ce pays en guerre avec la Russie en seront exclus.

Malgré les appels constants d’organisations humanitaires, de défense des droits de l’Homme, et y compris des institutions du propre bloc intégrationniste, le tème de la migration responsable est aujourd’hui une question en suspens pour l’organisme communautaire, selon de nombreux analystes.

Des millions d’Ukrainiens quittent leur pays depuis le début, le 24 février, d’une « opération militaire spéciale » annoncée par le président russe Vladimir Poutine.

La plupart des personnes déplacées utilisent les frontières avec la Pologne, mais d’autres pays voisins tels que la Moldavie ou la Roumanie reçoivent également un flux important de personnes.

peo/rgh/to/hml 

EN CONTINU
notes connexes