jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU appelle à reconnaître le travail des militants contre le racisme

Nations Unies, 21 mars (Prensa Latina) Alors que la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale est commémorée aujourd’hui, l’ONU a appelé à reconnaître le travail de ceux qui luttent contre de telles manifestations qui vont contre la dignité humaine. 

La page web  des Nations Unies dédiée à cette date explique que l’édition de cette année se centre sur la question des Voix pour l’action contre le racisme. 

Le thème s’inspire du rapport du Haut Commissariat sur la justice raciale et l’Agenda vers un Changement transformateur pour la Justice Racial et l’Égalité : « Écoutez : Assurer que les personnes d’ascendance africaine et ceux qui s’opposent à la discrimination raciale soient protégées et entendues, et agir en fonction de leurs préoccupations».     

De cette manière, l’organisation multilatérale souligne l’importance de renforcer la participation et la représentation publique significatives et sûres dans tous les domaines de la prise de décisions pour prévenir et combattre la discrimination raciale.  

Elle met également l’accent sur la reconnaissance de la contribution des personnes et des organisations qui se dressent contre la discrimination raciale dans un contexte de nombreux défis.

« Ce simple message peut être un puissant véhicule pour encourager les gens du monde entier à renforcer et à consolider leurs voix contre le racisme, à se mobiliser contre toutes les formes et manifestations de discrimination raciale et d’injustice », a indiqué le site officiel de l’ONU.

L’Assemblée générale de Nations Unies a proclamé en 1966 que la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale se célébrerait chaque année le 21 mars.

Le 21 mars 1960, la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d’une manifestation pacifique contre la loi sur les laissez-passer de l’apartheid à Sharpeville, en Afrique du Sud. 

peo/livp/jf/ifb

EN CONTINU
notes connexes