mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un tribunal interdit Instagram et Facebook en Russie pour extrémisme

Moscou, 21 mars (Prensa Latina) Le tribunal du district de Tverskoï, dans cette capitale, a interdit en Russie les réseaux sociaux Instagram et Facebook, propriété de la société Meta Platforms, en jugeant aujourd’hui que leurs actions envers le pays ont été extrémistes. 

La décision entre en vigueur immédiatement, a annoncé la juge de cette cour, Olga Sólopova, a rapporté l’agence de presse TASS. 

Au cours du procès, le représentant de la société nord-américaine a déclaré devant le tribunal de cette capitale que la russophobie et les appels à la violence contre les ressortissants du pays eurasien étaient inacceptables.

« Après un débat public, Meta a changé sa politique et déclare (maintenant) que la russophobie et les appels à la violence contre les citoyens russes sont inacceptables », a déclaré le représentant de Meta en demandant aux autorités russes de retirer la requête contre la société.

Le Bureau du Procureur général, le Service fédéral de Sécurité et le Service fédéral de surveillance des télécommunications, des technologies de l’information et des médias (Roskomnadzor) ont demandé au tribunal d’interdire les activités de Meta dans le pays. 

Selon les autorités locales, le motif de la plainte était la levée temporaire de l’interdiction pour les résidents de certains pays de publier sur les réseaux sociaux de Meta des informations et commentaires contenant des appels à la violence contre les Russes.

Au cours du procès, Roskomnadzor a révélé plus de six mille 400 publications douteuses et appels illégaux sur Instagram concernant l’opération militaire spéciale en Ukraine.

Le 11 mars dernier, l’ambassade de Russie aux États-Unis a dénoncé le fait que la société nord-américaine autorise les appels à la violence contre les dirigeants et les militaires russes à partir de ses réseaux sociaux Facebook et Instagram.

La représentation de Moscou à Washington a notamment mis en avant un rapport de la propre agence de presse nord-américaine Reuters selon lequel Meta a autorisé la publication sur ses réseaux sociaux sur Internet d’appels incitant à la violence anti-russe.

Le communiqué a souligné que « la politique agressive et criminelle de Meta d’incitation à la haine et à l’hostilité envers les Russes est scandaleuse ».

Il a également manifesté le fait que cette posture est une preuve supplémentaire de la guerre d’information non réglementée déclarée contre la nation eurasienne, et que « les entreprises médiatiques sont devenues les soldats de la machine de propagande des cercles dirigeants occidentaux ».

peo/mgt/mml

EN CONTINU
notes connexes