samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Syrie dénonce l’entrée non autorisée des fonctionnaires des États-Unis et de la Suède

Damas, 24 mars (Prensa Latina) Le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé aujourd’hui les récentes visites effectuées de façon illégale par des fonctionnaires des États-Unis et de la Suède dans des zones sous contrôle des groupes séparatistes au nord-est de cette nation arabe.

Le 22 mars dernier une délégation dirigée par le sous-secrétaire d’état adjoint, Ethan Goldrich, a fait irruption dans le territoire syrien, tout comme un responsable du Département des affaires consulaires et droit civil du ministère des Affaires étrangères de la Suède.

Cette affirmation a été confirmée par le ministère des Affaires étrangères dans des lettres envoyées au président du Conseil de sécurité et au secrétaire général de l’ONU.

Dans le texte des deux lettres, on a exprimé que ces visites étaient une flagrante violation de la souveraineté syrienne et des dispositions de la Charte de Nations unies, des principes du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité concernant ce pays.

« L’allégation prônant que ces actions cherchent à soulager la souffrance des Syriens qui habitent à ces régions et à atténuer les répercussions de la crise, ce ne sont que des mensonges », a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

Le ministère concerné a assuré que cette allégation est un reflet de la politique de deux poids deux mesures et l’hypocrisie de l’administration états-unienne, qui pille le pétrole et le gaz syrien et impose des mesures économiques coercitives unilatérales illégales ayant des répercussions chez les citoyens.

Il a également condamné ces pratiques et a réaffirmé la détermination de l’état syrien à étendre sa souveraineté sur l’ensemble du territoire national, le délivrant de toute forme d’occupation, étant donné le droit conféré par la Loi Internationale. De même, il a appelé la communauté internationale et les Nations unies à condamner le soutien des pays occidentaux aux groupes hors la loi, dont les pratiques ne répondent point aux valeurs humaines et civilisées.

« Les pays hostiles doivent cesser tout court de pratiquer des politiques dévastatrices et perverties qui prolongent  la crise et la souffrance du peuple syrien », a renchérit le ministère.

La région du nord-est d’Al-Jazeera est sous le contrôle de ce qu’on appelle les Forces démocratiques de la Syrie, soutenues par le Pentagone et accusées par Damas de posséder un agenda séparatiste favorisant les programmes états-uniens.

jcc/ssa/jf/fm

 

EN CONTINU
notes connexes