jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président de Cuba dénonce la politique migratoire hostile des États-Unis

La Havane, 25 mars (Prensa Latina) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a dénoncé aujourd’hui que la politique migratoire des États-Unis à l’égard de Cuba constitue un outil de déstabilisation contre l’île. 

La politique migratoire des États-Unis envers Cuba encourage les flux illégaux et irréguliers. Cela fait partie de leur politique traditionnelle de déstabilisation et du désir d’utiliser la population comme otage d’une ambition hégémonique et hostile contre Cuba, et contre notre gouvernement, a souligné le mandataire sur Twitter.

La Havane a dénoncé la veille que, par ses dispositions migratoires abusives, Washington viole les engagements bilatéraux et entraîne une charge pour les nations de transit vers le territoire nord-américain.

Dans une déclaration, le ministère des Affaires étrangères a noté que les États-Unis s’efforcent d’entraver le traitement des nouveaux visas dans les lieux accrédités dans la capitale cubaine, et ce dans le but d’accroître le malaise des ressortissants concernés.

Le document rappelle le refus de ce pays de prendre en charge à Cuba les 20 000 visas annuels qu’il s’est engagé à délivrer dans des accords bilatéraux et souligne par ailleurs le fardeau du blocus économique renforcé qui affecte le niveau de vie de la population.

A cela s’ajoutent « les pressions exercées sur les gouvernements de la région pour qu’ils exigent des visas aux Cubains qui aspirent à profiter de l’encouragement permanent à l’émigration vers les États-Unis », indique le texte publié sur le site du ministère des Affaires étrangères.

Selon ce ministère, Cuba a traité ces questions par la voie diplomatique avec le gouvernement nord-américain, et il a déclaré que cette conduite est abusive avec le candidat cubain à l’émigration, en contradiction avec les accords bilatéraux signés, est préjudiciable aux pays de la région et encourage la migration illégale, irrégulière et dangereuse. 

Depuis 2017, Washington ne respecte pas l’obligation souscrite en 1994 d’assurer l’immigration légale sur son territoire d’au moins 20 000 Cubains chaque année.

peo/jcm/evm

EN CONTINU
notes connexes