samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis auraient provoqué la crise en Ukraine

Washington, 29 mars (Prensa Latina) Les États-Unis ont provoqué l’opération militaire russe en Ukraine en approchant des dangers aux frontières du géant eurasien, a estimé aujourd’hui une analyse qui prend en compte un rapport de la Rand Corporation (RC). 

L’analyse publiée sur le site https://dissidentvoice.org et signée par le journaliste nord-américain Rick Sterling a noté que le rapport de  RC a prescrit les provocations contre la Russie et prédit que Moscou pourrait exercer des représailles en Ukraine.

Selon un rapport de RC de 2019 intitulé «Excéder et déséquilibrer la Russie», l’objectif des États-Unis était de nuire à la Russie comme ils l’ont fait avec l’Union soviétique pendant la guerre froide. 

Rand Corporation, un think-tank qui reçoit les trois quarts de son financement de l’armée nord-américaine, a énuméré une série de mesures impulsées par Whashington dans les domaines économique, géopolitique, idéologique, informationnel et militaire. 

Sterling a indiqué que l’Ukraine est une composante importante de l’effort pour nuire à la Russie, ce qui a conduit l’Occident à investir cinq milliards de dollars pendant 20 ans pour faire pencher Kiev vers ses sphères d’influence.

RC a suggéré une série de provocations contre Moscou qui ont été exécutées et respectées, y compris l’augmentation de l’aide militaire à l’armée ukrainienne au cours de la dernière année, pour un montant qui atteint un milliard de dollars.

Parmi les suggestions de RC ont retrouve notamment le repositionnement de bombardiers à une distance d’attaque facile des cibles stratégiques russes clés, le déploiement de plus d’armes nucléaires tactiques dans des zones en Europe et en Asie, accroître la présence des forces navales nord-américaines et de leurs alliés dans les zones d’opérations de la Russie (mer Noire).

Des exercices de guerre de l’OTAN aux frontières de la Russie et le retrait de Washington du Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (INF) ont également été envisagés.

Selon Sterling, l’alternative, qui aurait pu éviter ou au moins anticiper l’opération militaire russe en cours, aurait été de déclarer l’Ukraine inapte à intégrer l’OTAN. Mais cela aurait été contraire à l’intention de Washington de stresser, de provoquer et de menacer délibérément la Russie, a-t-il déclaré.

En décembre 2021, a-t-il signalé, la Russie a pourtant proposé un traité avec les États-Unis et l’OTAN. La proposition centrale de la Russie était un accord écrit selon lequel l’Ukraine ne rejoindrait pas l’alliance militaire de l’OTAN.

Le rapport de RC considérait comme un «avantage» le fait que l’augmentation de l’aide nord-américaine à l’Ukraine se traduise par une perte de sang et de ressources russes. 

Sterling évoque par ailleurs un éventuel accord de paix qui pourrait être avantageux pour la majorité des Ukrainiens, mais qui recevrait l’opposition de l’establishment de la politique étrangère des États-Unis, y compris le complexe industriel médiatique et militaire, et des ultranationalistes ukrainiens, qui se sentiraient «lésés».

Le journaliste conclut que le rapport de la Rand Corporation montre comment la politique des États-Unis se concentre sur des actions visant à nuire à la Russie et manipule des pays tiers (ici l’Ukraine) dans ce but.

peo/acl/lb

EN CONTINU
notes connexes