vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Malgré tout, le dialogue Russie-États-Unis est nécessaire, estime le Kremlin

Moscou, 29 mars (Prensa Latina) Le porte-parole présidentiel russe Dmitri Peskov a déclaré aujourd’hui que le dialogue entre son pays et les États-Unis est nécessaire, et ce malgré les insultes personnelles du président Joe Biden contre son homologue Vladimir Poutine. 

Dans des déclarations à la presse, le haut responsable a déclaré que la communication entre Moscou et Washington n’est pas seulement importante pour leurs pays respectifs, mais qu’elle concerne les intérêts du monde entier.

Peskov a averti que « tôt ou tard », les parties devront revenir sur les questions de sécurité stratégique, ces questions qui, a-t-il estimé, ne peuvent être discutées que par la Russie et les États-Unis. 

Selon le chef du bureau de presse du Kremlin, « les insultes personnelles ne peuvent que laisser une empreinte sur les relations entre les chefs d’État. En outre, les insultes personnelles ne devraient pas avoir lieu dans la rhétorique du leader du pays ». 

Toutefois, il a reconnu qu’elles ont un « impact négatif » sur les relations bilatérales.

La veille, le porte-parole de la présidence a déclaré que le Kremlin était préoccupé par la dernière déclaration du mandataire nord-américain au sujet de son homologue paire russe, qu’il a jugée alarmante.

Au cours de sa récente visite à Varsovie, Biden, se référant à Poutine, a affirmé que cette personne « ne pouvait pas rester au pouvoir », déclaration suivie d’une clarification de la Maison Blanche affirmant que le mandataire nord-américain n’avait pas demandé un changement de pouvoir en Russie. 

Concernant la déclaration de Biden, le chancelier fédéral allemand Olaf Scholz a déclaré dimanche à la chaîne de télévision ARD que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ne poursuit pas l’objectif d’un changement de pouvoir en Russie.

Selon lui, l’intention doit être une sorte d’accord entre Moscou et Kiev menant à la fin des hostilités.

Sur le même sujet, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères chinois, Wang Wenbin a indiqué que Pékin considère que le dialogue est nécessaire pour résoudre la crise ukrainienne et a exhorté les parties à traiter leurs déclarations de manière responsable et à s’abstenir de faire des commentaires qui pourraient accroître les aspérités.

Le 16 mars dernier, le président nord-américain a également accusé son homologue russe de « criminel de guerre », le Kremlin qualifiant cette rhétorique d’inacceptable et inexcusable.

Quelques jours plus tard, le Ministère des Affaires étrangères russe a déclaré à l’ambassadeur de Washington à Moscou, John Sullivan, que l’offense de Biden avait mis les relations bilatérales au bord de la rupture. 

peo/mem/mml

EN CONTINU
notes connexes