vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Espagne face au refus de la fluctuation de position sur le Sahara occidental

Madrid, 30 mars (Prensa Latina) Les tentatives aujourd’hui du Premier Ministre espagnol, Pedro Sánchez d’apaiser le rejet du changement de position sur le Sahara Occidental sont apparues infructueuses au Congrès.

M. Sánchez, à sa propre demande, a assisté à l’hémicycle pour donner aux parlementaires les détails abordés au sein du Conseil européen la semaine dernière, du sommet de l’OTAN et des relations avec le Maroc, ces dernières étant directement liées au suivi du plan de Rabat concernant le peuple sahraoui.

De plus, le Palacio de la Moncloa a annoncé son attachement au plan d’autonomie du Maroc de 2007 pour le Sahara occidental qui a été fortement repoussé par le Front Polisario.

À cet égard, les Nations unies ont souligné que le seul programme sur la question était celui proposé au sein de l’organisation mondiale.

Puissance coloniale au Sahara occidental jusqu’en 1975, l’Espagne a justifié cette nouvelle mesure avec l’objectif  de contrôler la migration irrégulière vers l’Espagne avec le Maroc. Mais alors qu’elle s’apprête à normaliser ses liens avec Rabat, les réactions ont été négatives, notamment de la part de l’Algérie et de presque tous les partis politiques nationaux. En effet, peu après les propos de Sánchez au Congrès, à proximité du bâtiment, le porte-parole parlementaire et secrétaire d’État du bloc Podemos uni, Enrique Santiago, et le député andalou d’Izquierda Unida Miguel Ángel Bustamante ont mené un rassemblement en soutien au peuple sahraoui.

Ils ont été rejoints par des membres de Unidas Podemos, à savoir,  la porte-parole adjointe, Sofía Castañón, Antón Gómez Reino, Lucía Muñoz, Isabel Franco et Marisa Saavedra.

Au sein du gouvernement, cet imbroglio présente de sérieuses contradictions, et l’actuelle deuxième vice-présidente et ministre du Travail, Yolanda Díaz, a estimé que le président avait agi  » d’une énorme opacité  » sur une question particulièrement sensible, et a qualifié d’incohérent le revirement de la politique étrangère espagnole.

jcc/oda/ft

 
EN CONTINU
notes connexes