samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La réunion de la FAO encourage la coopération entre Cuba et l’Amérique latine

Quito, 30 mars (Prensa Latina) Le ministre cubain de l’Agriculture, Idael Pérez, a déclaré aujourd’hui que la 37ème Conférence de la FAO pour l’Amérique latine et les Caraïbes était propice à la création d’opportunités de coopération et d’affaires.

Dans une interview accordée à Prensa Latina depuis Quito, où se déroule l’événement, M. Pérez a dit : « C’est très important pour nous. Nous avons eu hier un échange avec le directeur régional de la FAO et aujourd’hui avec la délégation vénézuélienne.

À cet égard, il a estimé que la réunion de cinq jours qui a débuté mardi visait à renforcer les relations avec les pays de la zone, pour lesquelles la délégation des Grandes Antilles a préparé un agenda.

Selon lui, c’est aussi l’occasion d’examiner des questions d’intérêt collectif ou bilatéral, de mobiliser des fonds et de faire connaître le portefeuille d’opportunités offertes par le pays caribéen afin d’accroître les affaires à Cuba.

À cet égard, il a ajouté qu' »il y a désormais de la flexibilité et des modalités telles que l’agriculture contractuelle », des questions qui pourraient être intéressantes dans le cadre de la réunion régionale de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Par rapport à Cuba, il a dit que face à l’intensification du blocus économique, financier et commercial imposé par les États-Unis depuis plus de 60 ans, et à la crise mondiale actuelle, il existe une forte volonté politique de la part du gouvernement et du Parti communiste de Cuba de développer des mesures visant à dynamiser et à débloquer l’agriculture.

« Dans ce but, il y a le Plan de souveraineté alimentaire et d’éducation nutritionnelle avec une loi qui sera bientôt discutée dans notre Parlement, en plus des mesures déjà approuvées pour l’agriculture cubaine avec lesquelles une plus grande flexibilité a été obtenue pour nos agriculteurs », a-t-il dit.

« Cela ne veut pas dire que tout va bien, mais  il y a eu une augmentation de certaines choses, comme la production de viandes et de légumes ».

Dans le cas des protéines, il a expliqué que c’était plutôt difficile, mais qu’ ils se sont concentrés également sur le petit bétail et les porcs.

« L’objectif est de rechercher davantage de producteurs dans les campagnes, de se tourner vers les campagnes cubaines », a-t-il rajouté.

Selon lui, « il existe actuellement des possibilités comme la mise à disposition de terres pour une période de 20 ans, l’attention portée aux producteurs exceptionnels et la mise en œuvre de résolutions permettant de créer des collectifs de travail dans lesquels il n’y a pas de limite de salaire.

Il a de même mentionné une disposition en vigueur qui habilite les municipalités à créer leurs propres commissions d’achat et de prix.

Il a par ailleurs averti qu’il y avait des difficultés tout en exprimant sa confiance dans les mécanismes en place et d’autres à l’étude, afin de rendre le travail agricole plus attractif, de rechercher des financements et de pouvoir se doter des cultures à eux, entre autres alternatives.

En termes généraux, il a indiqué que cette politique aurait été présentée aux 33 délégations qui se rendront  à la 37ème Conférence régionale de la FAO.

« Le message que j’apporte à cette réunion est que, malgré la crise et le blocus, la Révolution cubaine continue de lutter pour nourrir tout son peuple, pour rechercher l’équité et pour maintenir les garanties ».

« L’agriculture doit continuer à être plus souveraine et doit chercher sans relâche plus d’options afin de doper la production avec moins d’intrants et plus de durabilité, ce qui comprend le développement des mesures que nous avons proposées pour chercher une agriculture plus sûre », a-t-il dit.

Le ministre cubain se trouve à la tête de l’équipe de l’archipel à cet événement qui comprend également Orlando Díaz, directeur des relations internationales au ministère de l’agriculture, et Carlos Fidel Martín, directeur des organisations internationales au ministère du commerce extérieur et des investissements.

L’ambassadeur de Cuba en Équateur, Basilio Gutiérrez, et l’attaché commercial économique de cette mission diplomatique, Juan Parra, complétaient la délégation.

jcc/jha/scm

EN CONTINU
notes connexes