vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba commémore les 60 ans du procès de mercenaires

La Havane 31 mars (Prensa Latina) Cuba commémore aujourd’hui les 60 ans des procès des mercenaires qui, financés par Washington, ont envahi le pays le 17 avril 1961. 

L’attaque de Playa Girón (au centre du pays) a pris fin en moins de 72 heures avec la première grande défaite militaire des États-Unis en Amérique latine.

Près d’un an plus tard, les Tribunaux Révolutionnaires entamèrent au Castillo del Príncipe de cette capitale l’action en justice contre les envahisseurs, procès qui s’étendirent du 29 mars au 4 avril 1962.

Condamnés pour trahison, ils ont été condamnés à de lourdes indemnités et à des peines de prison pouvant aller jusqu’à 30 ans avec travail physique obligatoire.

Selon des documents historiques, les trois principaux chefs de la Brigade 2506 : José Alfredo Pérez San Román, Erneido Andrés Oliva González et Manuel Artime Buesa ont été condamnés à payer au pays chacun un demi-million de dollars.

La justice cubaine a sanctionné les autres accusés au versement de 100 000, 50 000 et 25 000 dollars, conformément à leur responsabilité dans l’invasion avortée.

Le montant total de la sanction infligée aux 181 mercenaires jugés s’est élevé à 62 millions 300 000 dollars.

Le Premier ministre du gouvernement révolutionnaire de l’époque, Fidel Castro, avait déclaré être prêt à renvoyer tous les prisonniers aux États-Unis en échange de l’accord de Washington pour indemniser matériellement l’île.

Après des mois de négociations, la partie nord-américaine a accepté de payer le montant en médicaments et aliments pour enfants, tandis que Cuba libérait les personnes condamnées, qui ont commencé retourner immédiatement aux États-Unis.

Selon des sources officielles, la Maison Blanche n’a pas rempli son engagement en cessant d’expédier des marchandises pour une valeur de 2 millions de dollars.

Toutefois, à ce moment-là, Fidel Castro avait souligné l’importance que, pour la première fois de son histoire, l’impérialisme ait dû payer une indemnité de guerre.

peo/jf/idm

EN CONTINU
notes connexes