mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Unesco réaffirme son engagement en faveur du développement de l’Afrique

Paris, 1 avril (Prensa Latina) Le Directeur général adjoint de l’Unesco pour la Priorité Afrique, Firmin Edouard Matoko, a rappelé aujourd’hui l’importance que l’organisation attache au développement du continent par le biais des programmes en matière d’éducation, de science, de culture et de communication.

Dans sa projection de travail, l’organisation multilatérale s’attaque actuellement à deux priorités mondiales : l’égalité des sexes et l’Afrique, cette dernière donnant une continuité au programme spécial établi dans les années 1980, lorsque le continent a été gravement touché par la crise économique et financière, a-t-il expliqué dans une interview accordée à Prensa Latina.

Selon le responsable des relations extérieures, l’Unesco dispose de plus de 30 bureaux nationaux et régionaux sur le terrain, et coordonne les actions avec l’Union africaine (UA) et d’autres organisations.

Il existe de nombreux programmes dans tous nos domaines de compétence, y compris dans l’éducation, avec des initiatives telles que l’éducation des filles au Sahel, une région touchée par les crises et le terrorisme, et plus récemment par la pandémie de Covid-19.

Matoko a également souligné le travail consacré à la stimulation de la scolarisation qui remonte aux années 1990 et a permis d’atteindre certains objectifs de développement de l’Agenda 2030 dans la plupart des pays.

Une autre action pertinente répond à l’identité culturelle, une revendication des peuples africains à laquelle l’Unesco apporte son soutien, a déclaré le haut fonctionnaire.

À cet égard, il a fait l’éloge des huit volumes de l’histoire générale du continent et des deux volumes à venir avec la contribution d’Africains et d’africanistes.

Toujours dans le domaine de la culture, l’organisation spécialisée des Nations unies accompagne l’Afrique, où la créativité et l’industrie culturelle représentent plus de 10 % du produit intérieur brut.

« Il y a de jeunes artistes et des femmes qui ont besoin de soutien, surtout après l’impact de Covid-19, un travail rendu possible en grande partie par le programme mondial ResiliArt », a souligné le directeur général adjoint.

Selon Matoko, l’aspiration à améliorer la connaissance du patrimoine culturel d’un continent qui est loin de posséder tous les sites, traditions et connaissances qu’il devrait inscrire sur les listes du patrimoine mondial n’en est pas moins pertinente.

« Nous travaillons au renforcement des capacités pour rendre cela possible et à l’élaboration d’un inventaire des aspects susceptibles d’être ajoutés aux listes du patrimoine mondial », a-t-il ajouté.

Quant à la science,  il souhaite multiplier la production scientifique en Afrique, qui contribue actuellement à peine à deux pour cent de la production scientifique mondiale, en accordant un accès à l’intelligence artificielle fondé sur l’éthique et l’inclusion.

« Une autre question importante est le financement, et nous pouvons dire qu’au cours des quatre dernières années, nous avons recueilli 200 millions de dollars supplémentaires en contributions volontaires pour soutenir le développement dans les domaines de compétence de l’Unesco », a-t-il précisé.

M. Matoko, réaffirmant l’engagement de l’organisme multilatéral envers l’Afrique et sa renaissance, comme prévu par l’Agenda 2063 de l’UA, a souligné que « la priorité n’est pas seulement pour l’Unesco, mais elle est l’œuvre de tous les États membres ».

« Je voudrais également insister sur l’importance de regarder le continent pour rendre visible son immense richesse de diverses manières, du travail des jeunes et de la société civile à sa contribution au progrès de l’humanité, et pas seulement pour rendre visible sa pauvreté », a-t-il conclu.

jcc/mgt/wmr

 
EN CONTINU
notes connexes