mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba et les États-Unis vont dialoguer sur la migration

La Havane, 19 avril (Prensa Latina) Cuba et les États-Unis tiendront jeudi prochain à Washington une nouvelle série de pourparlers migratoires, a rapporté aujourd’hui le Ministère des Affaires étrangères de l’île des Caraïbes.

Une note de ce ministère cubain indique que la délégation cubaine sera présidée par le vice-ministre Carlos Fernández de Cossío.

Le Gouvernement cubain a réitéré à plusieurs reprises son engagement en faveur d’une migration ordonnée et sûre et sa volonté de dialogue pour qu’un processus qui constitue un droit de l’Homme puisse s’exercer sans entrave ni manipulation.

Depuis cinq ans, l’exécutif nord-américain ne respecte pas l’engagement d’accorder au moins 20 000 visas par an en vertu d’accords bilatéraux et les quelques visas qu’il accorde par l’intermédiaire de pays tiers comprennent des limitations telles que celles accordées dans la catégorie de visiteur, qui n’est accordée que pour une entrée unique dans le pays.

Encouragés par la loi nord-américaine d’ajustement cubain, unique en son genre au monde, de nombreux citoyens insulaires rejoignent des itinéraires migratoires irréguliers en Amérique centrale où ils s’exposent à la violence, à l’escroquerie et à la corruption de groupes impliqués dans le trafic de stupéfiants ou de personnes.

Depuis le début de l’année, 1 680 citoyens de l’île caribéenne ont été renvoyés par voie maritime ou aérienne des États-Unis, du Mexique, des Bahamas et des îles Caïmanes , selon les autorités cubaines. 

Selon des sources fédérales nord-américaines, entre octobre 2021 et fin février 2022, plus de 46 000 Cubains sont arrivés par voie terrestre à la frontière américano-mexicaine après avoir voyagé de manière irrégulière.

Dans le même temps, l’ambassade nord-américaine à La Havane dispose de services limités et le Gouvernement des États-Unis maintient d’autres mesures coercitives, n’autorisant par exemple que les vols à destination de la capitale cubaine ou refusant le renouvellement des licences de compagnies aériennes et maritimes pour travailler avec l’île.

En avril de cette année, les autorités cubaines et mexicaines ont tenu la quinzième série de pourparlers sur les migrations, au cours desquels les deux gouvernements ont réaffirmé leur volonté de garantir un flux régulier de voyageurs et de mener des actions conjointes pour renforcer la coopération dans ce domaine.

peo/mgt/jfs

EN CONTINU
notes connexes