samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Poutine : la Russie a reconnu les républiques du Donbass pour arrêter un génocide

Moscou, 26 avril (Prensa Latina) Le président russe Vladimir Poutine a réitéré aujourd’hui que son pays a été contraint de reconnaître les républiques populaires autoproclamées de Donetsk (RPD) et de Lougansk (RPL) pour arrêter le génocide des civils dans la région du Donbass.

Lors d’une réunion avec le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, au Kremlin, Poutine a expliqué que la décision avait été prise après que les autorités de Kiev aient déclaré qu’elles n’avaient pas l’intention de respecter les accords de Minsk de 2015 pour parvenir à un règlement du conflit interne dans l’est de l’Ukraine.

Il a rappelé que ces accords constituaient une tentative de parvenir à un accord pacifique, mais que les civils de la région du Donbass ont été bloqués pendant huit ans et subissaient une pression militaire constante.

Au sujet de la reconnaissance russe de la RPD et de la RPL, le chef d’État a signalé à Guterres que les documents de la Cour Internationale de Justice de l’ONU sur la situation au Kosovo stipulent que « lorsqu’il a recours à son droit à l’autodétermination, un territoire d’un État n’est pas tenu de solliciter une autorisation pour déclarer son indépendance aux autorités centrales du pays ».

Il a fait observer que c’était la manière dont le cas du Kosovo avait été traité et qu’il s’agissait de la décision de la Cour Internationale de Justice. Une telle décision « a été approuvé par tous », a-t-il manifesté.

« Si c’est le cas, alors les républiques du Donbass ont le même droit de déclarer leur souveraineté sans recourir aux autorités centrales de l’Ukraine, parce qu’un précédent a été créé », a-t-il souligné.

Le mandataire a fait remarquer que si l’ONU ne reconnaît pas le Kosovo, elle « a reconnu l’essence » de la situation.

Dans ce contexte, lorsque ces républiques se sont déclarées indépendantes, la Russie a également eu le droit de reconnaître leur souveraineté.

« C’est ce qu’ont fait de nombreux États du monde, y compris nos opposants occidentaux, à propos du Kosovo. Le Kosovo est reconnu par de nombreux pays. C’est un fait », a-t-il souligné. Poutine a souligné que la Russie avait fait de même pour les républiques du Donbass.

Pour sa part, le haut représentant de l’ONU a réitéré sa proposition de créer un groupe de contact humanitaire composé de l’organisation multilatérale, de la Russie et de l’Ukraine pour organiser des couloirs humanitaires.

« Nous sommes confrontés à un certain nombre de situations où la Russie annonce la création d’un corridor, l’Ukraine annonce la création d’un autre corridor. La situation est telle que cela n’est pas mis en œuvre dans la pratique », a déclaré Guterres.

Il a déclaré que l’intention du groupe est que les parties puissent discuter de la situation ensemble de telle sorte que ces couloirs soient réellement efficaces et que personne n’ait de prétextes pour empêcher leur création.

Il a déclaré que l’ONU, avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), est prête à assurer l’évacuation des civils de la ville de Marioupol dans les directions de leur choix, aussi bien vers la Russie que vers les territoires contrôlés par Kiev.

« Ce sera un processus plus long, nous devons établir des formes spécifiques de coopération, mais cela nous intéresse », a-t-il ajouté.

peo/mem/mml

EN CONTINU
notes connexes