samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un ancien président de la Colombie qualifie d’inhumain le blocus contre Cuba

Bogota, 26 avril (Prensa Latina) L’ancien président de la Colombie Ernesto Samper (1994-1998) a qualifié d’inhumain le blocus imposé unilatéralement à Cuba par les États-Unis il y a plus de 60 ans.

Dans un entretien accordé à Prensa Latina, l’éminent politicien colombien a indiqué que le monde devra avoir une réflexion claire sur l’illégalité de ces dispositions unilatérales d’extorsion ou de restriction économique imposées à Cuba, ainsi qu’à la Russie, au Venezuela et à d’autres nations. 

« Cela devrait être le résultat d’un consensus multilatéral et non pas que chaque pays se réserve le droit d’adopter des mesures qui finissent par nuire aux populations les plus démunies de chaque pays », a souligné Samper.

Ce sont essentiellement les populations qui commencent à vivre une tragédie humanitaire en raison du manque de nourriture, de médicaments, de travail ou d’éducation provoqué par ces actions, a-t-il manifesté.

« J’espère encore que le président des États-Unis, Joe Biden, pourra revoir sa politique contre Cuba et revenir sur ce plan de normalisation convenu par le gouvernement cubain avec l’ancien président Barack Obama, dont Biden était le vice-président », a-t-il exprimé.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a dénoncé hier ce blocus comme étant la cause profonde des problèmes économiques de l’île des Caraïbes.

Il a ajouté que la politique de pression maximale menée par le président Donald Trump et appliquée aujourd’hui avec la même rigueur par le président Biden, y compris les 243 mesures extrêmes des dernières années ou la recrudescence brutale qui s’est produite en 2019, sont déterminants pour les problèmes auxquels le peuple cubain est confronté au quotidien. 

Le ministre a détaillé que les dommages du blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des États-Unis contre Cuba, représentent plus de 12 millions de dollars de pertes par jour et plus de 365 millions de dollars par mois, ce qui se reflète également dans la vie quotidienne de toutes les familles du pays caribéen.

peo/mem/otf 

EN CONTINU
notes connexes