vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel croissant à taxer les compagnies pétrolières britanniques après les bénéfices de BP

Londres, 3 mai (Prensa Latina) L’opposition et les syndicats britanniques ont aujourd’hui redoublé leurs appels à appliquer un impôt unique sur les bénéfices des compagnies pétrolières après ceux, considérés comme obscènes, rapportés par la société Britannique BP au premier trimestre de l’année.

Comme cela a été rapporté mardi, malgré les pertes causées par la rupture de son association avec Rosneft suite à l’opération militaire russe en Ukraine, la société, anciennement connue sous le nom de British Petroleum, a réalisé un bénéfice net de 6,2 milliards de dollars au cours des trois premiers mois de 2022.

La société a admis que cette bonne performance résultait de la hausse des prix du pétrole et du gaz sur le marché international.

La nouvelle a cependant été très mal reçue dans les milieux politiques d’opposition et par les syndicats ouvriers britanniques qui demandent au gouvernement conservateur d’imposer un impôt unique sur les profits des compagnies pétrolières.

Les montants collectés grâce à la nouvelle mesure fiscale seraient utilisés pour aider la population britannique à faible revenu à faire face à l’augmentation de 52 pour cent du prix des services d’électricité et de gaz.

À l’heure où les ménages britanniques sont frappés par des factures et des prix très élevés, ces gains (ceux de BP) sont obscènes, a déclaré Frances O Grady, secrétaire générale du TUC, la plus importante centrale syndicale du pays.

Selon la dirigeante syndicale, le gouvernement doit cesser de chercher des excuses et enfin appliquer la taxe unique aux compagnies pétrolières.

Keir Starmer, le chef du Parti travailliste, qui affirme que la mesure fiscale réduira de plus de 700 dollars par an le prix de l’énergie des ménages britanniques, a jugé stupéfiant le montant des bénéfices de BP au milieu de la crise du coût de la vie.

Il n’a jamais été aussi urgent de mettre en œuvre le plan travailliste pour un impôt unique sur les bénéfices des compagnies pétrolières, a-t-il souligné. 

Le chef des Libéraux démocrates, Ed Davey, a quant à lui déclaré qu’après le rapport de BP, il était pratiquement impossible pour le gouvernement de justifier son refus d’appliquer ce prélèvement.

Malgré les réclamations, le Premier ministre Boris Johnson a réitéré mardi son refus de taxer, ne serait-ce qu’une seule fois, les bénéfices des compagnies pétrolières.

Johnson a déclaré à la chaîne ITV que cette décision pourrait décourager ces entreprises d’investir dans des projets énergétiques dans le pays.

peo/mem/nm 

EN CONTINU
notes connexes