dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Cour suprême des États-Unis contre le droit à l’avortement

Washington, le 3 mai (Prensa Latina) Les conservateurs de la Cour suprême des États-Unis cherchent à annuler le droit des femmes à interrompre leur grossesse, d’après les révélations de médias aujourd’hui.

D’après un document obtenu par le journal Político, la majorité de la cour a voté en privé pour annuler la décision historique sur le droit à l’avortement.

La fuite inédite d’un document de la Cour suprême annulerait la décision de cette même instance dans l’affaire Roe contre Wade de 1973, dans laquelle elle a statué que la Constitution des États-Unis protège la liberté d’une femme enceinte de choisir d’avorter sans restrictions gouvernementales excessives.

La fuite montre que la majorité conservatrice est favorable à l’abrogation du droit à l’avortement, ce qui signifierait que chaque État serait libre de décider les droits reproductifs des femmes.

Des analystes estiment que cela représenterait un retour en arrière dans la reconnaissance des droits des femmes à décider de leur maternité.

Si la décision est rendue officielle, elle représenterait un revirement d’un demi-siècle après la légalisation de l’avortement par la Cour suprême en 1973.

L’avis est signé par le juge Samuel Alito et reflète la majorité des juges de la Cour, composée de six juges conservateurs et de trois juges libéraux.

La fuite a révélé que la Cour suprême a voté en février dernier, en privé, pour annuler l’arrêt historique de l’affaire Roe contre Wade, qui a reconnu pour la première fois le droit des femmes à l’avortement sans restriction pendant le premier trimestre de la grossesse.

« L’arrêt Roe était terriblement erroné dès le départ », a écrit Alito.

« Sa motivation était exceptionnellement fragile et cette décision a eu des conséquences préjudiciables. Loin de parvenir à un consensus national sur la question de l’avortement, Roe et Casey ont attisé le débat et approfondi la division », a-t-il déclaré dans le texte.

L’avortement dans le pays est une question controversée qui oppose les Américains les uns aux autres et d’après les juges soutiendraient cette décision, « la Constitution ne fait aucune référence à l’avortement et aucun droit de ce type n’est implicitement protégé par une disposition constitutionnelle quelconque ».

C’est ce que relève l’argumentation du juge Alito, à laquelle souscrivent les juges Clarence Thomas et les trois juges proposés pour la plus haute juridiction par l’ancien président Donald Trump (2017-2021) : Neil M. Gorsuch, Brett M. Kavanaugh et Amy Coney Barrett.

Les trois juges nommés par les démocrates, Stephen Breyer, Sonia Sotomayor et Elena Kagan, cherchent à obtenir une certaine dissidence parmi les conservateurs pour éviter un renversement, tandis que le vote du président de la cour, John Roberts, n’est pas clair.

Le texte obtenu par Politico est une ébauche de projet et un résultat final pourrait être obtenu dès le mois de juillet.

peo/ssa/jcm/lb

EN CONTINU
notes connexes