lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

« Aucune sanction ne brisera la volonté du peuple russe »

Moscou, 6 mai (Prensa Latina) Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a déclaré aujourd’hui que les sanctions imposées par l’Occident dans le but d’étouffer et d’isoler son pays ne briseraient jamais la volonté du peuple russe.

« Aucune punition, aucune sanction ne peut briser la volonté du peuple russe, la volonté de ses dirigeants qui sont déterminés à défendre la vérité historique, à défendre les intérêts légitimes de la Russie et à prévenir les menaces directes à la sécurité nationale à nos frontières », a communiqué le ministre des Affaires étrangères.

Lavrov a dit lors d’une cérémonie de dépôt de gerbe à l’occasion de la Journée de la victoire sur l’Allemagne nazie, qui sera commémorée en Russie le 9 mai, que les mesures prises par la Maison Blanche et ses alliés mettaient « l’avenir du monde » en jeu, rapporte l’agence de presse Spoutnik.

« On est en train de décider si ce sera un monde unipolaire, sous le contrôle total des États-Unis, ou un monde démocratique et équitable ».

Lavrov a réaffirmé que Moscou était pleinement favorable à un système démocratique et équitable pour tous les pays en affirmant qu’il était certain qu’une grande majorité d’autres pays soutenaient la même position.

« Les pays occidentaux se préparaient à l’avance à cet assaut. Vous êtes tout simplement en train de voler, dans la meilleure tradition du Far West », a déclaré le représentant permanent de la Russie aux Nations unies, Vasili Nebenzia lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée au conflit en Ukraine.

M. Nebenzia a remarqué qu’outre les sanctions et l’appropriation des biens privés des citoyens russes, l’Occident a gelé des comptes bancaires russes d’une valeur de 300 milliards de dollars.

« De  quel droit international parlez-vous alors? »,  a questionné  le diplomate dans ce contexte accentuant que lesdites actions s’avéraient un vol au peuple et au gouvernement russes.

À la suite de l’opération militaire lancée par la Russie le 24 février pour « démilitariser et dénazifier » l’Ukraine, les États-Unis et leurs alliés ont mis en vigueur une série de sanctions individuelles et sectorielles visant à augmenter le coût du conflit pour Moscou.

Pour la première fois, les restrictions comprennent la déconnexion partielle du pays eurasien du système SWIFT, le gel de ses réserves internationales, l’embargo sur l’importation de certains agents énergétiques, ainsi que la fermeture de l’espace aérien, des ports et des routes pour les transporteurs russes.

Selon la base de données Castellum.AI, la Russie est désormais le pays le plus sévèrement touché par les sanctions, devant l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord et le Venezuela. Depuis la mi-février, plus de 7 370 nouvelles mesures restrictives ont été mises en œuvre contre Moscou, qui viennent s’ajouter aux plus de 2 750 déjà en place.

jcc/rgh/odf

 
EN CONTINU
notes connexes