mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie considère le refus hongrois de l’embargo énergétique comme un acte courageux

Moscou, 6 mai (Prensa Latina) Le vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a qualifié vendredi le refus du Premier ministre hongrois Viktor Orban de soutenir l’embargo énergétique de « mesure courageuse pour une Europe silencieuse ».

« Orban a pris une mesure courageuse. Il a refusé de soutenir l’embargo énergétique dévastateur pour l’économie de son pays et les sanctions insensées contre des personnalités religieuses, comme le patriarche de Moscou et de toute la Russie et d’autres hiérarques orthodoxes, proposées par l’Union européenne », a déclaré le dirigeant sur sa chaîne Telegram.

À cet égard, Medvedev a affirmé sur le réseau social que « les dirigeants les plus raisonnables des pays de l’UE en ont assez de se diriger tranquillement vers le précipice avec l’ensemble du troupeau européen stérilisé, qui est mené à l’abattoir par un berger américain ».

Les déclarations du vice-président du Conseil de sécurité russe sont soutenues par les affirmations d’Orban selon lesquelles la Hongrie et l’UE dans son ensemble ne sont pas prêtes à accepter la proposition de la Commission européenne d’instaurer un embargo sur les importations de pétrole et de gaz russes.

Il a souligné que de telles mesures contre Moscou nécessitent une modernisation majeure de l’infrastructure d’approvisionnement alternative, ainsi qu’une réorganisation complète des capacités de raffinage du pétrole brut de la Hongrie.

« L’embargo énergétique proposé est une bombe atomique pour l’économie nationale qui ne peut être acceptée », a déclaré le chef du gouvernement hongrois dans une interview à la radio locale.

Selon Orban, la Hongrie aurait besoin de cinq ans et devrait investir massivement dans ses raffineries et ses oléoducs afin de transformer son système d’approvisionnement actuel qui dépend à 65 % du pétrole russe.

jcc/rgh/odf

EN CONTINU
notes connexes