samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La député Aida Touma-Sliman accuse le gouvernement israélien de la mort d’une journaliste palestinienne

Tel Aviv, 11 mai (Prensa Latina) La législatrice arabo-israélienne Aida Touma-Sliman a communiqué aujourd’hui que le gouvernement de Tel Aviv devait être tenu pour responsable du meurtre d’une journaliste palestinienne lors d’un nouveau raid militaire dans la ville de Jénine, en Cisjordanie.

« Shireen Abu Aqla était une journaliste courageuse et professionnelle. Ce matin à Jénine, les forces israéliennes l’ont abattue alors qu’elle portait un gilet de presse, faisant d’elle une victime de l’occupation qu’elle a couverte tout au long de sa carrière.

« Israël doit être tenu responsable de ce crime grave », a écrit la députée sur son compte Twitter.

Les collègues qui étaient avec elle ont clairement rapporté qu’un soldat lui a tiré dessus. « Je fais confiance à ces journalistes et non au porte-parole des FDI, a-t-elle dit dans un autre tweet, faisant allusion à la version militaire.

Dans la même veine, Mossi Raz, également membre du parlement, a déclaré sur le réseau social que « c’est à cela que ressemble l’occupation israélienne » dans les territoires palestiniens.

Connue pour ses positions d’extrême droite, la ministre israélienne de l’intérieur Ayelet Shaket a répondu à Raz.

« Ce n’est pas à cela que ressemble l’occupation, c’est à cela que ressemble la fausse propagande palestinienne (…) Nous soutiendrons nos combattants et nous continuerons à lutter contre le terrorisme sans concessions », a déclaré Shaket, partisan convaincu de la colonisation juive en Cisjordanie.

Quelle est la fausse propagande palestinienne? Je n’ai pas déterminé qui l’a tuée. L’occupation est une situation violente qui fait des victimes des deux côtés et qui doit prendre fin, a répondu Raz.

Selon le journaliste palestinien Ali Samoudi, présent sur les lieux et blessé au dos, les militaires savaient où se trouvait le groupe de communicants, bien identifiés.

Les forces d’occupation nous ont attaqués directement, a déclaré Samoudi, démentant ainsi le brigadier Ran Kohavel, porte-parole de l’armée israélienne.

« Il n’y avait pas de tireurs ni d’affrontements à cet endroit, et les soldats le savaient », a-t-il souligné.

Abu Aqla, 51 ans, travaillait pour la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera, dont les dirigeants ont condamné le crime et en ont imputé la responsabilité aux autorités de Tel Aviv.

À la suite de cet incident, le gouvernement palestinien, des partis politiques, des organisations de défense des droits de l’homme et des fonctionnaires ont dénoncé sa mort et demandé des sanctions contre Israël.

jcc/oda/rob

EN CONTINU
notes connexes