mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les Palestiniens commémorent le jour de la catastrophe, malgré la répression israélienne

Ramallah, 15 mai (Prensa Latina) Des milliers de Palestiniens ont défilé aujourd’hui en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’occasion du 74e anniversaire de la Nakba (catastrophe, en arabe), marquant le début du déplacement forcé de quelque 700 000 Arabes de la région.

Le Croissant-Rouge a signalé que 16 civils avaient été blessés, dont sept par balles, à la suite de l’attaque de l’armée israélienne contre une manifestation à l’entrée nord de la ville d’Al Bireh, sur la rive ouest.

Dans cette ville, siège administratif de l’Autorité nationale palestinienne, de nombreux citoyens se sont rassemblés devant le mausolée du défunt président Yasser Arafat et ont brandi des drapeaux nationaux et des banderoles noires. 

Ensuite, ils ont marché vers le centre de la ville, où a eu lieu l’événement central pour commémorer la date, qui cette année avait pour devise « Assez de 74 ans d’injustice et de deux poids, deux mesures ».

Le mandataire palestinien, Mahmoud Abbas, a précisément critiqué la politique de deux poids, deux mesures de la communauté internationale, estimant qu’elle encourage Israël à poursuivre ses crimes dans les territoires occupés.

Le monde doit rompre son silence et condamner les politiques de Tel-Aviv, qui nient à notre peuple ses droits légitimes, a déclaré Abbas dans un communiqué.

Il a également critiqué « la mentalité de nettoyage ethnique, de colonisation et de judaïsation » des autorités israéliennes.

Dans le cadre des activités, une veillée silencieuse sera observée ce dimanche à minuit pendant 74 secondes dans les territoires occupés, puis les sirènes retentiront à travers les haut-parleurs des mosquées et des stations de radio locales.

Dans la ville de Gaza, dans l’enclave côtière, la marche a culminé devant les bureaux de l’ONU.

Selon les données officielles, après la création de l’État d’Israël en mai 1948, ses troupes ont expulsé 78 % des habitants de la Palestine historique, détruit quelque 530 villes et villages et tué plus de 15 000 Palestiniens.

peo/jcm/rob 

EN CONTINU
notes connexes