jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’analyste politique costaricien Oscar Barrantes déplore des exclusions au Sommet des Amériques

San José, 16 mai (Prensa Latina) L’analyste politique costaricien Óscar Barrantes a déploré lundi l’exclusion de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela du 9e Sommet des Amériques en affirmant que cette réunion de l’hégémonisme était en effet dans l’abîme.

« Le Sommet des Amériques simulait un stratagème stratégique de la politique hégémonique du vieux colonialisme anglo-saxon et de l’impérialisme re-colonisateur contemporain », a dit  Barrantes, analyste au Centre populaire d’études sociales du Costa Rica (Cpces).

Dans un article paru sur les réseaux sociaux, il estime que « l’impérialisme yankee, à l’heure de la faillite totale, s’isole de plus en plus », et qualifie d’erronés les calculs du département d’État nord-américain pour imposer un sommet sous ses auspices maintenant. 

« Ils essaient d’organiser une réunion continentale pour légitimer la guerre mondiale avec les marionnettes du nazi-fascisme et par ce biais mener le monde à la catastrophe de la dictature totale de l’unipolarisme gouvernée par les aristocraties de l’ultra-capital, dans leur avidité d’asservir perpétuellement l’humanité ».

Cependant, « ils se trompent dans leurs plans. Depuis l’Organisation des États américains (OEA), « le ministère des colonies », ils ont appliqué des interdictions et des ordres despotiques avec l’objectif de contrôler le sommet ».

Il a ajouté qu’avec l’arrogance impériale caractéristique, la Maison Blanche avait décidé quels pays et états étaient autorisés à prendre part. 

D’autre part, l’analyste du CPCES a dénoncé le fait qu’ils dénient à Cuba, au  Nicaragua et au Venezuela leur autorité morale comme États constitutionnels.

Ce faisant  « ils témoignent de leur arrogance et de leur nature autoritaire tout en délégitimant le supposé Sommet des Amériques.

Il a constaté que les États et les gouvernements du continent brandissaient la bannière de la solidarité et de la souveraineté égalitaire en tant que principe des relations internationales et faisaient preuve de solidarité auprès de pays restreints. Ils décident de ne pas participer au « Sommet des Amériques ».

Il a ajouté que l’impérialisme mondial et le fascisme terroriste comme arme de pillage des peuples avaient connu une défaite stratégique. « Aujourd’hui, les despotes de la Maison Blanche et leurs sbires sont davantage isolés et vaincus ».

Par ailleurs, les peuples humbles et conscients du continent expriment leur soutien catégorique aux gouvernements constitutionnels et souverains de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela face à cette agression et ce siège recyclés, complotés par la dictature démente de Washington.

En parallèle, ils re-expriment  leur répudiation totale du blocus criminel et de la guerre multidimensionnelle contre Cuba socialiste.

« Le sommet des Amériques qui prévaudra sera le sommet des peuples guidés par les idéaux de Simón Bolívar, José Martí, Augusto César Sandino, El Che, Fidel Castro Ruz et Hugo Rafael Chávez Frías », a conclu Barrantes.

jcc/jf/ale

EN CONTINU
notes connexes