samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’histoire de l’agence de presse Prensa Latina mise en avant en Argentine

Buenos Aires, 16 mai (Prensa Latina) L’agence de presse latino-américaine Prensa Latina a vu le jour pour montrer au monde la vérité et faire face au bombardement systématique de la part des monopoles de l’information étasuniens, a souligné aujourd’hui l’écrivain argentin María Seoane.

A l’occasion de la 46e Foire internationale du livre de Buenos Aires, durant  la présentation de son livre « Che, Masetti, Walsh » Prensa Latina, l’auteur a évoqué la création de ce média peu après le triomphe de la révolution cubaine le 1er janvier 1959 et la nécessité de contrer la manipulation des grandes entreprises.

« Quand on parle d’actions pour la vérité et la liberté, on pense toujours à Cuba. Ce livre est né de la passion que beaucoup d’entre nous ressentent et raconte des moments de la vie de trois Argentins (Ernesto Guevara, Jorge Ricardo Masetti et Rodolfo Walsh) qui ont participé à la fondation de Prensa Latina,  animée  par le Comandante Fidel Castro (1926-2016) ».

En effet, ils ont coïncidé à La Havane pendant près de trois ans. Le Che faisait partie de la lutte révolutionnaire, Masetti l’avait interviewé dans la Sierra Maestra et Walsh, un journaliste extraordinaire, l’a rejoint plus tard.

Et Prensa Latina, de son côté, est apparue à un moment où il était crucial de faire face aux mensonges diffusés par les réseaux d’information de l’empire.

Il a également expliqué que Walsh, un passionné de cryptographie, dans l’une de ses tentatives de déchiffrer des câbles, en avait découvert un sur la préparation de l’invasion mercenaire de Playa Girón en 1961.

En plus de raconter l’histoire de cette agence, « mon intention était de reconstituer le destin de ces trois révolutionnaires. Ce sont des héros de l’Amérique latine et ce livre leur rend hommage ».

« Nous pensons que la lutte pour la vérité continue. C’est un hommage au Cuba de la liberté, aux journalistes qui ne sont plus là et à ceux d’entre nous qui ont encore beaucoup à faire », a-t-il affirmé.

Pour sa part, l’ambassadeur cubain en Argentine, Pedro Pablo Prada, a mis en valeur l’importance du livre pour faire connaître l’ardeur du peuple à faire triompher la vérité.

L’origine de Prensa Latina est associée à la naissance de la révolution cubaine. C’est là où l’on trouve le germe de la lutte pour la diffusion d’informations véridiques et l’objectivité, ce qui ne signifie aucunement l’impartialité.

jcc/jha/gas

EN CONTINU
notes connexes