jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La décision de la Finlande et de la Suède délie les mains de la Russie, assure Moscou

Moscou, 17 mai (Prensa Latina) La décision de la Finlande et de la Suède de rejoindre des blocs militaires sous la pression de Washington délient les mains de la Russie, a déclaré aujourd’hui la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, sur la chaîne Soloviev Live.

« Aujourd’hui, Washington, par le biais de pressions, pousse ces pays, qui ont maintenu une neutralité politique pendant de nombreuses décennies en n’adhérant pas à des blocs militaires, à changer de direction et de cap stratégiques », a-t-elle déclaré.

Le débat sur l’adhésion de la Finlande à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) s’est accentué au début du mois d’avril, lorsqu’une majorité de parlementaires finlandais se sont prononcés en faveur de l’adhésion à l’alliance.

Le 15 mai, le président finlandais Sauli Niinisto a annoncé que Helsinki demanderait à rejoindre le bloc militaire. Hier, le gouvernement suédois a également décidé que son pays solliciterait l’adhésion au bloc militaire.

Lundi, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a déclaré que l’OTAN ne devait pas s’imaginer que la Russie accepterait simplement l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Alliance.

« Le fait que la sécurité de la Suède, ainsi que de la Finlande, ne sera pas renforcée à la suite de cette décision est tout à fait évident pour nous », a-t-il souligné.

« De quelle manière allons-nous garantir notre sécurité après le changement de cette configuration générale de l’OTAN ?. Cela dépendra de ce que seront, dans la pratique, les conséquences de l’adhésion attendue de la Finlande et de la Suède à l’Alliance », a-t-il précisé.

Le 14 mai, le président russe Vladimir Poutine a déclaré à son homologue finlandais Sauli Niinisto que la décision de son pays de renoncer à la politique de neutralité militaire serait une erreur, puisque rien ne menace sa sécurité.

Selon le service de presse du Kremlin, au cours de la conversation téléphonique, les deux dirigeants ont tenu un échange de points de vue franc sur l’intention annoncée par les dirigeants finlandais de demander l’adhésion à l’OTAN.

Le chef d’État russe a souligné qu’un tel changement dans les lignes directrices de la politique étrangère d’Helsinki pourrait avoir un impact négatif sur les relations russo-finlandaises.

Il a rappelé que, pendant plusieurs années, les liens bilatéraux se sont construits dans un esprit de bon voisinage et de coopération et ont été de nature mutuellement bénéfique.

peo/ssa/jcm/mml

EN CONTINU
notes connexes