samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Sénat des États-Unis approuve 40 milliards de dollars pour l’Ukraine

Washington, 19 mai (Prensa Latina) Le Sénat des États-Unis a approuvé aujourd’hui un nouveau paquet d’aide militaire pour l’Ukraine de 40 milliards de dollars en réponse à l’opération militaire de la Russie, ce qui, selon des analystes, prolongerait le conflit.

Le projet, qui a obtenu le soutien de 86 sénateurs et le rejet de 11 d’entre eux, devra être signé par le président Joe Biden et permettra au Pentagone de poursuivre le transfert d’armement vers le pays européen pour plus longtemps.

Ainsi, Washington disposera de neuf milliards de dollars pour reconstituer les stocks d’armes nord-américains épuisés, autant d’argent pour les opérations du gouvernement ukrainien et six milliards pour l’achat de véhicules blindés pour Kiev et le renforcement de son système de défense aérienne. 

Cette mesure a été adoptée la semaine dernière à la Chambre basse, mais a subi un contretemps temporaire à la Chambre haute lorsque le sénateur républicain Rand Paul s’est opposé à l’augmentation du soutien aux forces ukrainiennes en raison des problèmes économiques internes.

Paul était précisément l’un des 11 sénateurs républicains qui ont voté contre ce nouveau budget.

Cette opinion quelque peu dissonante n’a évidemment pas terni le large soutien bipartite à la guerre et à la prolongation du conflit, ni n’a entraîné un refus de financement.

La Maison Blanche a d’abord demandé 33 milliards de dollars au législateur, mais les représentants l’ont porté à 40 milliards, ce qui montre la quantité d’argent que les membres du Congrès sont prêts à consacrer à la guerre et au complexe militaro-industriel, tandis que des difficultés persistent dans l’économie nationale.

Les États-Unis ont déjà approuvé plus de 13 milliards de dollars d’aide militaire, humanitaire et économique à l’Ukraine depuis le début de la crise le 24 février, sans compter les 40 milliards que le Congrès vient d’accorder.

peo/car/avr 

EN CONTINU
notes connexes