mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Ukraine étend la loi martiale et la mobilisation générale pour 90 jours

Kiev, 22 mai (Prensa Latina) La Rada suprême (Parlement) de l’Ukraine a approuvé aujourd’hui l’extension de la loi martiale et de la mobilisation générale dans le pays pour 90 jours supplémentaires, mesure proposée par le président Volodimir Zelensky, a rapporté le portail Strana.

Avec le vote de 320 députés, la prolongation de loi martiale a été entérinée, et le prolongement de la mobilisation jusqu’au 23 août avec le soutien de 315 vote en faveur, ce qui prouve que les autorités de Kiev ne voient pas une fin proche des affrontements, ont indiqué des analystes politiques.

Ces dispositions ont été mises en place en Ukraine le 24 février, avec le début de l’« opération militaire russe », et ont impliqué un groupe de mesures gouvernementales pour maintenir le contrôle du pays.

Le texte du décret adopté à ce moment là par les députés prévoyait la mise en place d’un régime spécial d’entrée et de sortie dans les territoires où l’état d’urgence est imposé, ainsi que la restriction de la liberté de circulation si nécessaire.

Ainsi que la limitation de la liberté de mouvement et d’éventuelles inspections de véhicules afin de renforcer la protection de l’ordre public et des infrastructures critiques.

Mais également l’interdiction des rassemblements de masse, des partis politiques d’opposition et proches de la Russie, l’évacuation temporaire ou permanente des personnes des zones dangereuses avec la fourniture obligatoire de logements, ainsi que la mise en place d’un couvre-feu.

D’autres mesures concernent la suspension pour les conscrits, les personnes soumises au service militaire et les réservistes de changer de lieu de résidence sans notification aux autorités compétentes

En outre, le texte permet une réglementation spéciale des communications, de l’Internet et de la télévision, y compris la fermeture de médias ou le blocage de sites Web, et l’interdiction de certains partis politiques et organisations sociales dans l’intérêt de la sécurité nationale.

peo/Jha/mml 

EN CONTINU
notes connexes